Inger Hagerup – Je suis le poème (1939)

Inger HagerupJe suis le poème que personne n’a écrit.
Je suis la lettre qu’on brûle sans cesse.

Je suis le sentier jamais emprunté,
la note sans mélodie.

Je suis la prière de la lèvre muette.
Je suis le fils d’une femme non née,

une corde qu’aucune main n’a encore tendue,
un brasier jamais encore allumé.

Réveille-toi ! Délivre-moi ! Soulève-moi !
des terres, des monts, de l’esprit et du corps !

mais rien ne répond à mes prières.
Je suis les choses qui n’arrivent jamais.

*

I am the poem never born
I am the letter someone’s torn.

a path that no one walks along
a melody without a song.

I am a prayer that’s heard by none
I am a childless woman’s son,

a string no hand has drawn up tight,
a fire that will not ignite.

Leave me! Release me! Let me flee
from soul and body, rock and tree!

But nothing answers when i plead.
I am those things that don’t succeed.

***

Inger Hagerup (Bergen, Norvège 1905-1985)Je me suis perdue dans les bois (Jeg gikk meg vill i skogene, 1939) – Traduit du norvégien par Eva Sauvegrain et Pierre Grouix – Translated by Thord Fredenholm

Advertisements

~ par schabrieres sur octobre 23, 2015.

2 Réponses to “Inger Hagerup – Je suis le poème (1939)”

  1. On sent un sentiment d’inutilité. Mais ça ne sert à rien d’aller contre la voix de Jésus, autrement dit contre notre propre voie. Ecrire c’est déjà beaucoup, et écrire en pleine possession de ses facultés mentales.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
The Manchester Review

The Manchester Review

Les Exercices

poésie / traduction / critique \\ par Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School

Encres désancrées --- Carla Lucarelli

Carnets décousus, Ecriture, Lectures, humeurs

Bonheur des yeux et du palais

sur le fil des jours

Bareknuckle Poet

Journal of Letters

Vallejo & Co.

literatura y más

Revista Conexos

Una revista de arte y literatura, sin fronteras generacionales ni geográficas

Laurent DOMERGUE

Sculpture sur bois

Words for the Year

"you are not alone," the poem said, in the dark tunnel. ~Louise Glück

Christophe Van Rossom

Littérature. Pensée. Esthétique.

Filipe's Glance

Photography

%d blogueurs aiment cette page :