Olav H. Hauge – Et j’étais triste (1966)

Olav H. HaugeEt j’étais triste et me terrais dans une grotte,
j’étais gonflé d’orgueil et bâtissais au-delà des étoiles,
maintenant je construis dans l’arbre tout proche,
et le matin quand je m’éveille,
le pin enfile dans ses aiguilles des fils d’or.

*

Og eg var sorg

Og eg var sorg og heldt til ei hole.
Og eg var ovmod og bygde attum stjernone.
No byggjer eg i næraste treet,
og um morgonen når eg vaknar,
trær fura gull på nåli.

*

And I was sorrow

And I was sorrow and lived in a cave.
And I was pride and built beyond the stars.
Now i build in the nearest pine,
and each morning when I wake
It threads its needles with gold.

***

Olav H. Hauge (Ulvik, Norvège, 1908-1994)Gouttes dans le vent d’est (Dropar i austvind, 1966)Nord Profond (Bleu autour, 2011) – Traduit du néonorvégien par François Monnet – Translated by Robert Hedin.

Publicités

~ par schabrieres sur octobre 24, 2015.

Une Réponse to “Olav H. Hauge – Et j’étais triste (1966)”

  1. Très beau et très bien dit. On devrait l’afficher sur le mur de sa chambre pour commencer la journée en tristesse et la terminer en fusion avec soi 😉

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

 
Reading in Translation

Translations reviewed by translators

Diabolus In Musica

Lossless Classical Resources

Ricardo Blanco's Blog

Citizen of Nowhere

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

%d blogueurs aiment cette page :