Theodore Roethke – Une fois de plus, le cercle (Once more, the round)

Theodore RoethkeQu’est-ce qui est le plus grand, l’étang ou le caillou ?
Qu’est-il possible de connaître ? l’inconnu.
Mon vrai moi file vers une colline
Plus ! O plus visible.

Maintenant j’adore ma vie
Avec l’Oiseau, la Feuille persistante,
Avec le Poisson, l’Escargot qui furète,
Et l’œil qui change tout ;
Et je danse avec William Blake
Par amour, par amour de l’Amour ;

Et tout s’achemine vers l’Un,
Tandis que nous dansons encore, encore, encore.

*

What’s greater, Pebble or Pond?
What can be known? The Unknown.
My true self runs toward a Hill
More! O More! visible.

Now I adore my life
With the Bird, the abiding Leaf,
With the Fish, the questing Snail,
And the Eye altering All;
And I dance with William Blake
For love, for Love’s sake;

And everything comes to One,
As we dance on, dance on, dance on.

***

Theodore Roethke (Saginaw, Michigan 1908–1963) – Traduit de l’anglais par Raymond Farina

Publicités

~ par schabrieres sur octobre 28, 2015.

Une Réponse to “Theodore Roethke – Une fois de plus, le cercle (Once more, the round)”

  1. Dansons sans retenue le cœur emplie d’espoir/tel un nuage clair sur nos amours………..

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

poésie : traduction : critique

L'atelier en ligne de Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School

Encres désancrées --- Carla Lucarelli

Carnets décousus, Ecriture, Lectures, humeurs, élucubrations, travaux en cours, Images aimées, prises, empruntées

Bonheur des yeux et du palais

sur le fil des jours

Bareknuckle Poet

Journal of Letters

Vallejo & Co.

literatura y más

Revista Conexos

Una revista de arte y literatura, sin fronteras generacionales ni geográficas

%d blogueurs aiment cette page :