Marie Uguay – La chaleur fera cercle…

Marie Uguayla chaleur fera cercle autour de chez nous
installés au fond d’une chambre
sous le treillis d’un feuillage pauvre
ou d’une encoignure fraîche peinte
il y aura ton visage découpé sur le bleu vacant de l’aube
avec les objets quotidiens dans leur signification de tendresse
le miel que l’on tire de son bol ocre
le lait qui s’épanouit dans le noir du café
le rideau qui se soulève et n’achève pas sa retombée
toute lente contraction aura abandonné tes pensées et tes muscles
je serai couchée au milieu de la lisse métamorphose
glissée sous la palme froide d’un ciel de pierre
vide pour percevoir la traversée de tes paroles
et le monde serait un gong initial
dont on percevrait encore les longs anneaux de vibration
dans nos murs de sable

***

Marie Uguay (Montréal, Québec 1955-1981)Poèmes (Boréal, 2005)

Publicités

~ par schabrieres sur décembre 17, 2015.

3 Réponses to “Marie Uguay – La chaleur fera cercle…”

  1. … et on entend le gong vibrer ! Magnifique

    Aimé par 1 personne

  2. A reblogué ceci sur Henosophia TOPOSOPHIA μαθεσις uni√ersalis τοποσοφια PRINCIPIA TOPOSOPHICA οντοποσοφια ενοσοφια.

    Aimé par 1 personne

  3. que pourrait-on dire de plus que ce gong initial ?

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

 
Reading in Translation

Translations reviewed by translators

Diabolus In Musica

Lossless Classical Resources

Ricardo Blanco's Blog

Citizen of Nowhere

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

%d blogueurs aiment cette page :