Hélène Cadou – Les poètes… (2007)

Hélène Cadou - Photo Christian RenautLes poètes
Profèrent

Chacun avec sa voix
Son cri

Ce chant
Qui enveloppe la terre et les étoiles

Jusqu’aux confins
De l’univers

Et c’est une même poésie
Pleine de larmes et de rires

Une poésie vaste comme la nuit
Qui chante pour chacun

La solitude des lisières
De l’abandon et de la peur

Quand s’ouvre sur le monde
Une fenêtre claire.

***

Hélène Cadou (1922-2014)Le prince des lisières (2007)

Advertisements

~ par schabrieres sur décembre 24, 2015.

3 Réponses to “Hélène Cadou – Les poètes… (2007)”

  1. Tout est sujet ; tout relève de l’art ; tout a droit de cité en poésie (…) le poète est libre.
    (Les Orientales)

    Victor Hugo (1802-1885)

    Pour la première partie du poème, pour ce qui est de la seconde, la poésie qui soulage de l’abandon et de la peur et ouvre une fenêtre claire, je n’ai rien mais ces mots me parlent beaucoup.

    J'aime

  2. Belle fenêtre de clarté 🙂

    J'aime

  3. En fait, cette poésie vient à mon secours, j’essuie parfois des critiques concernant certains de mes poèmes comme n’étant pas « sains »,
    du style de celui-ci;

    Le renard et le chien de chasse

    Un renard a tendu un piège à un lapin
    Pour l’attirer il s’est déguisé en lapine
    A en faire son déjeuner il le destine
    Nous allons voir qu’il va en rester sur sa faim

    Le prédateur présente son arrière-train
    Dans une posture on ne peut plus libertine
    De quoi faire se dresser d’une proie la pine
    Le premier mâle de passage a le gourdin

    L’affamé Goupil reçoit le vent dans la face
    Aussi ne sent-il pas l’odeur du chien de chasse
    Qui croit voir une belle femelle Bichon

    Celui-ci excité le prend jusqu’à la garde
    A la manière d’un comédien de film hard
    « Tel est pris qui croyait prendre » dit le dicton


    Et c’est une même poésie
    Pleine de larmes et de rires

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
The Manchester Review

The Manchester Review

Les Exercices

poésie / traduction / critique \\ par Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School

Encres désancrées --- Carla Lucarelli

Carnets décousus, Ecriture, Lectures, humeurs

Bonheur des yeux et du palais

sur le fil des jours

Bareknuckle Poet

Journal of Letters

Vallejo & Co.

literatura y más

Revista Conexos

Una revista de arte y literatura, sin fronteras generacionales ni geográficas

Laurent DOMERGUE

Sculpture sur bois

Words for the Year

"you are not alone," the poem said, in the dark tunnel. ~Louise Glück

Christophe Van Rossom

Littérature. Pensée. Esthétique.

Filipe's Glance

Photography

%d blogueurs aiment cette page :