Olav H. Hauge – La rose sauvage (1966)

Olav H. HaugeOn a chanté les roses,
moi je veux chanter les épines
et la racine – celle qui s’agrippe
fort à la montagne, fort comme
la main d’une jeune fille maigre.

*

Klunger

Rosene har dei sunge um.
Eg vil syngja om tornane
og roti, – ho klengjer seg
hardt um berget, hardt som
ei mager gjentehand.

*

Briar Rose

The rose has been sung about.
I want to sing of the thorns,
and the root–how it grips
the rock hard, hard
as a thin girl’s hand.

***

Olav H. Hauge (Ulvik, Norvège, 1908-1994)Gouttes dans le vent d’est (Dropar i austvind, 1966) – Traduit du néonorvégien par Anne-Marie Soulier – Translated by Robert Hedin

Publicités

~ par schabrieres sur décembre 27, 2015.

2 Réponses to “Olav H. Hauge – La rose sauvage (1966)”

  1. Merci pour ce poème d’un norvégien que j’aime beaucoup et depuis longtemps. Et merci pour tous les poèmes qui nous sont donnés à lire tout au long des années par « Beauty will save the world « . Nous sommes sauvés .

    Aimé par 1 personne

  2. Le refrain sculpté sur les os du courage face à l’adversité et le désordre désiré

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

Les Exercices

poésie / traduction / critique \\ par Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School

Encres désancrées --- Carla Lucarelli

Carnets décousus, Ecriture, Lectures, humeurs, élucubrations, travaux en cours, Images aimées, prises ou empruntées

Bonheur des yeux et du palais

sur le fil des jours

Bareknuckle Poet

Journal of Letters

Vallejo & Co.

literatura y más

Revista Conexos

Una revista de arte y literatura, sin fronteras generacionales ni geográficas

Laurent DOMERGUE

Sculpture sur bois

Words for the Year

"you are not alone," the poem said, in the dark tunnel. ~Louise Glück

%d blogueurs aiment cette page :