Olav H. Hauge – La rose sauvage (1966)

Olav H. HaugeOn a chanté les roses,
moi je veux chanter les épines
et la racine – celle qui s’agrippe
fort à la montagne, fort comme
la main d’une jeune fille maigre.

*

Klunger

Rosene har dei sunge um.
Eg vil syngja om tornane
og roti, – ho klengjer seg
hardt um berget, hardt som
ei mager gjentehand.

*

Briar Rose

The rose has been sung about.
I want to sing of the thorns,
and the root–how it grips
the rock hard, hard
as a thin girl’s hand.

***

Olav H. Hauge (Ulvik, Norvège, 1908-1994)Gouttes dans le vent d’est (Dropar i austvind, 1966) – Traduit du néonorvégien par Anne-Marie Soulier – Translated by Robert Hedin

Publicités

~ par schabrieres sur décembre 27, 2015.

2 Réponses to “Olav H. Hauge – La rose sauvage (1966)”

  1. Merci pour ce poème d’un norvégien que j’aime beaucoup et depuis longtemps. Et merci pour tous les poèmes qui nous sont donnés à lire tout au long des années par « Beauty will save the world « . Nous sommes sauvés .

    Aimé par 1 personne

  2. Le refrain sculpté sur les os du courage face à l’adversité et le désordre désiré

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

 
Reading in Translation

Translations reviewed by translators

Diabolus In Musica

Lossless Classical Resources

Ricardo Blanco's Blog

Citizen of Nowhere

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

%d blogueurs aiment cette page :