Attila József – Mets ta main (Tedd a kezed, 1929)

Attila JózsefMets ta main
sur mon front
comme si ta main
était ma main.

Veille sur moi comme
prête à tuer,
comme si ma vie
était ta vie.

Aime-moi, comme
si tout était bien,
comme si mon coeur
était le tien.

*

Tedd a kezed
homlokomra,
mintha kezed
kezem volna.

Úgy őrizz, mint
ki gyilkolna,
mintha éltem
élted volna.

Úgy szeress, mint
ha jó volna,
mintha szívem
szíved volna.

*

Place your hand
on my forehead,
as if your hand
were my own hand.

Guard me, as if
you would murder,
as if my life
were your own life.

Love me, as if
it were pleasant,
as if my heart
were your own heart.

***

Attila József (Budapest, Hongrie 1905-1937)Ni père, ni mère (Nincsen apám, se anyám, 1929) – Traduit du hongrois par Guillaume Métayer

Publicités

~ par schabrieres sur janvier 9, 2016.

2 Réponses to “Attila József – Mets ta main (Tedd a kezed, 1929)”

  1. J’aime beaucoup la chanson de Dick Annegard a écrite à son sujet

    J'aime

  2. A reblogué ceci sur HENOSOPHIA τοποσοφια μαθεσις υνι√ερσαλις οντοποσοφια.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

poésie : traduction : critique

L'atelier en ligne de Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School

Encres désancrées --- Carla Lucarelli

Carnets décousus, Ecriture, Lectures, humeurs, élucubrations, travaux en cours, Images aimées, prises, empruntées

Bonheur des yeux et du palais

sur le fil des jours

Bareknuckle Poet

Journal of Letters

Vallejo & Co.

literatura y más

%d blogueurs aiment cette page :