Jean-Marc La Frenière – Un instant

Jean-Marc La FrenièreLa vie court à la mort
avec les pieds des hommes.
Elle s’ouvre à l’infini
avec la peau des fruits.

Si je n’abdique pas,
c’est à cause d’un loup,
d’une abeille,
d’un mot,
d’une vague odeur de menthe,
des sentiers d’herbe verte
qui prolongent mes jambes.

Je porte en moi les yeux
d’une femme très loin.
Je me nourris du pain des livres
et leurs miettes de lumière.

Un instant, une seconde,
la beauté passe et nous salue,
cela suffit pour continuer.

***

Jean-Marc La Frenière (né à Belœil, Québec en 1948)

~ par schabrieres sur janvier 20, 2016.

3 Réponses to “Jean-Marc La Frenière – Un instant”

  1. « Aimer la littérature, c’est être persuadé qu’il y a toujours une phrase écrite qui nous re-donnera le goût de vivre… » Georges Perros

    J'aime

  2. Magnifique! Bravo pour tous ces choix d’une Poésie, dans le fond comme dans la forme, que j’affectionne particulièrement … de la Poésie concentrée!🙂

    J'aime

  3. Que c’est beau!ce sont ces instants de beauté qui sauvent du désespoir.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :