François Teyssandier – Marche à l’aveugle…

François TeyssandierMarche à l’aveugle
Dans la nuit du langage

Tâtonnant avec tes mots
Comme s’ils étaient des mains

Touche l’ombre d’une voix
Pour qu’elle devienne une pierre

Sur laquelle tu pourras t’asseoir
Le front appuyé contre le ciel

Immobile et repu d’espace
Prisonnier du sommeil des étoiles

***

François Teyssandier (né en 1944 en Gironde)

Publicités

~ par schabrieres sur février 7, 2016.

2 Réponses to “François Teyssandier – Marche à l’aveugle…”

  1. « Je crève, parlez-moi, parlez-moi ; si vous trouviez les mots dont j’ai besoin vous me délivreriez de ce qui m’étouffe »

    Extrait de Lambeaux de Charles Juliet. C’est une phrase qu’avait écrit sa mère sur les murs de l’asile psychiatrique où elle est morte.

    J'aime

  2. On attend quoi peut-être des mots qui ouvriraient (Antoine Emaz)
    merci pour tous ces mots Sésames 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

poésie : traduction : critique

L'atelier en ligne de Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School

Encres désancrées --- Carla Lucarelli

Carnets décousus, Ecriture, Lectures, humeurs, élucubrations, travaux en cours, Images aimées, prises, empruntées

Bonheur des yeux et du palais

sur le fil des jours

%d blogueurs aiment cette page :