Bernard Mazo – Déchirure (2011)

Bernard MazoSi tout se délite
par l’aveuglement des hommes
combien serons-nous à la fin

Sur cette terre démembrée
fissurée saccagée

Combien serons-nous à survivre
à l’éclat soudain meurtrier du soleil

***

Bernard Mazo (1939-2012)Dans l’insomnie de la mémoire (2011)

~ par schabrieres sur février 24, 2016.

Une Réponse to “Bernard Mazo – Déchirure (2011)”

  1. Je serai jardinier

    Je serai jardinier : des arbres à cultiver,

    au lever du soleil moi aussi me lever,

    n´avoir rien pour m´inquiéter AttilaJozsef

    sinon la fleur que j´ai plantée.

    

    Chacune des fleurs que j´ai plantées

    au rang des fleurs sera ma préférée,

    même l´ortie, à la bonne heure,

    tant elle sera vraie, ma fleur.

    Pipe à la bouche, buveur de lait,

    à bonne renommée je veillerai de près,

    Le danger ne m´atteint plus guère,

    je me suis mis moi-même en terre.

    Il le faut vraiment, oui, vraiment,

    et au levant et au couchant,

    – quand le monde sera décombres,

    qu´il y ait une fleur sur sa tombe.

    Attila Joszef

    Ni père, ni mère (Ed. Sillage)

     Traduit par Guillaume Métayer

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :