Marc Alyn – Quand la démesure… (2010)

Marc AlynQuand la démesure ne trouve plus à se loger nulle part
gênant l’espace aux entournures
prends le maquis en compagnie du poète
qui progresse d’un pas de silence
à travers la nuit blanche
précédé de ses mots sauvages aux oreilles de loup.

***

Marc Alyn (né en 1937 à Reims)Le tireur isolé (2010)

Publicités

~ par schabrieres sur février 25, 2016.

8 Réponses to “Marc Alyn – Quand la démesure… (2010)”

  1. Les vers naissent comme les étoiles et les roses,
    Comme la beauté dont la famille ne veut pas,
    Et aux couronnes et aux apothéoses,
    Une seule réponse : mais d’où me vient cela?
    Nous dormons — et à travers les dalles de pierre,
    De l’hôte céleste percent les quatre pétales.
    Sache-le, o monde! Le poète découvre dans ses rêves
    La formule de la fleur et la loi de l’étoile.

    14 août 1918.
    MARINA TSVÉTAÉVA

    Aimé par 1 personne

    • C’est un poème qui «arrache le sommet de la tête » comme disait Emily Dickinson

      J'aime

      • Aïe ! Mais ça doit faire horriblement mal et puis ça peut-être très utile !

        Mirabelle a l’instinct maternel

        Le soleil brille en cet après-midi d’été,
        Mirabelle est allongée à l’ombre d’un aune.
        Dans leur gîte, au-dessus d’elle, paillent des béjaunes,
        Impatients que leur mère rapporte à manger.

        Leur détresse contrarie la vache sacrée,
        Elle aimerait de son lait leur faire l’aumône,
        Mais ne sait comment atteindre les cônes jaunes.
        En voyant son amoureux lui vient une idée ;

        D’abord sur ses quatre pattes elle se redresse,
        Puis invite le mâle à venir sur ses fesses
        Pour planter sa plus grande corne dans le nid.

        De la monter, le beau taureau a l’habitude,
        Aussi il atteint vite la bonne altitude.
        Encornée, il descend la niche jusqu’au pis.

        Aimé par 2 personnes

      • 😉

        Aimé par 1 personne

  2. … Bonjour – Pour des photos de mon père et de Marc Alyn en famille et en Bretagne, pendant son année charnière 1987 où il a bénéficié de notre générosité – RV sur mon blog !
    amitiés et poésie

    Aimé par 3 personnes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

 
Reading in Translation

Translations reviewed by translators

Diabolus In Musica

Lossless Classical Resources

Ricardo Blanco's Blog

Citizen of Nowhere

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

%d blogueurs aiment cette page :