Hannah Arendt – Sur un air de chanson populaire (Im Volksliedton)

Hannah ArendtQuand nous nous reverrons,
Les lilas blancs refleuriront,
Je t’envelopperai dans mes coussins,
Tu ne manqueras plus de rien.

Nous nous réjouirons
Que le vin âpre et sec,
Que les tilleuls qui sentent bon,
Nous trouvent encore l’un près de l’autre.

Quand les feuilles tomberont,
Nous nous séparerons,
À quoi bon nous agiter ?
Il nous faudra l’endurer.

*

Sehn wir uns wieder,
blüht weißer Flieder,
Ich hüll dich in Kissen,
Du sollst nichts mehr missen.

Wir wollen uns freun,
Dass herber Wein,
Dass duftende Linden
Und noch beisammen finden.

Wenn Blätter fallen,
Dann lass uns scheiden.
Was nützt unser Wallen?
Wir müssen es leiden.

*

In the Manner of a Folk Song

When we meet again
White lilac will bloom.
I’ll wrap you in pillows
And you will want nothing.

We’ll be happy again,
The light, dry wine
And redolent linden will
Find us side by side.

When the leaves fall
Then we’ll be parted.
What does wandering mean?
We must suffer it.

***

Hannah Arendt (1906-1975)Heureux celui qui n’a pas de patrie, poèmes de pensée – Traduit de l’allemand par François Mathieu

Publicités

~ par schabrieres sur mars 11, 2016.

3 Réponses to “Hannah Arendt – Sur un air de chanson populaire (Im Volksliedton)”

  1. plutôt qu’en format électronique je conseille ce Livre en beau papier que l’on peut feuilleter à son gré Hannah Arendt « Heureux celui qui n’a pas de patrie , Poèmes de pensée, parution Payot,
    « Im Volskliedton »und « Sur un air de chanson populaire » : p.22-23 du Livre bilingue parution Payot, octobre 2015, 239 pages, traduit de l’allemand par François Mathieu
    « note de l’éditeur :
    Certains poèmes du présent livre sont issus du Journal de pensée, 1950-1973 de Hannah Arendt, publié en deux volumes, en 2005, par les Éditions du Seuil dans une traduction de Sylvie Courtine-Denamy. L’éditeur et Karin Biro remercient les Éditions du Seuil de leur avoir permis de les reprendre ici et de les publier dans la traduction de François Mathieu. »
    © Piper Verlag pour le texte allemand des poèmes issus du Denktagebuch.
    © The Literary Trustof Hannah Arendt and Jerome Kohn, 2015, pour tous les autres poèmes.
    © Éditions Payot & Rivages, Paris, 2015 pour la présente édition en langue française.
    Avant-propos de Karin Biro p. 5 à p.10
    Dates et provenances des poèmes p. 11 à p. 15

    J'aime

  2. A reblogué ceci sur Mon site officiel / My official website.

    J'aime

    • pp.74-75 de ce même Livre papier le poème W.B. [Walter Benjamin] commençant ainsi : « Einmal dämmert Abend wieder… Un jour, le crépuscule reviendra, »

      Aimé par 2 people

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

poésie : traduction : critique

L'atelier en ligne de Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School

Encres désancrées --- Carla Lucarelli

Carnets décousus, Ecriture, Lectures, humeurs, élucubrations, travaux en cours, Images aimées, prises, empruntées

Bonheur des yeux et du palais

sur le fil des jours

%d blogueurs aiment cette page :