André Laude – De mes mains maladroites je bâtis une demeure… (1979)

André LaudeDe mes mains maladroites je bâtis une demeure
un poème d’ailes et d’eaux
pour que tu habites enfin un moment de Palestine
un versant pur d’évangile
je te cache au plus profond de la plus humble fleur
sous l’ortie sèche qui flambe au milieu des cailloux
je n’ai que toi pour faire face à l’inconnu, aux orages des enragés.

***

André Laude (1936-1995)Un temps à s’ouvrir les veines (1979)

~ par schabrieres sur mars 19, 2016.

Une Réponse to “André Laude – De mes mains maladroites je bâtis une demeure… (1979)”

  1. l’orage construit le pluriel

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :