Jean-Claude Pirotte – N’avoir aimé que pour écrire un poème… (1997)

Jean-Claude Pirotten’avoir aimé que pour écrire un poème
peut-être est-ce là l’égoïsme
et le poème ne résiste pas davantage
à la durée que l’amour et l’amour
comme le poème est seulement imaginaire
tu n’auras rien écrit tu n’auras pas aimé
c’était l’automne et ce sera, c’est
aujourd’hui le printemps qui explore
le faubourg, le dessine d’un doigt
furtif et l’éclaire obliquement
d’un sourire où l’ironie laisse
place au doute à d’autres amours au prochain
poème qui sera vite écrit plus vite encore
oublié

***

Jean-Claude Pirotte (Namur, Belgique 1939-2014)Faubourg (1997)

Publicités

~ par schabrieres sur mars 21, 2016.

Une Réponse to “Jean-Claude Pirotte – N’avoir aimé que pour écrire un poème… (1997)”

  1. Ecrire un poème, jouer avec les mots, jouir, aimer.
    Un autre poème de Jean Claude Pirotte que l’on trouve ici, dans lequel il parle aussi de la poésie dans des termes que je trouve très justes.

    travaille prends de la peine
    fais des vers de mirliton
    le travail amuse, le ton
    donne du sel à la peine

    tu dis qu’il neige écris-le
    il neigera doublement
    tu dis qu’il vente le vent
    s’emparera de la ville

    tu n’en as plus pour longtemps
    mets de l’ordre dans le temps
    c’est l’hiver – or le printemps
    te refusera l’asile

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

 
Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

%d blogueurs aiment cette page :