Achille Chavée – Un jour viendra sans doute… (1954)

Achille ChavéeUn jour viendra sans doute où nous serons
en communication
avec le monde des insectes
avec les termites muets
avec les aveugles fourmis

Qu’est-ce que parler humain veut dire
au fond du gouffre de la pensée !

Et je me vois très bien
buvant un bock
avec un insecte asexué
à la table effrayante de l’éternité

Insecte
je bois à ta santé
à nos bonnes santés interminables

***

Achille Chavée (Charleroi, Belgique 1906-1969)Cristal de vivre (1954)

Publicités

~ par schabrieres sur avril 1, 2016.

Une Réponse to “Achille Chavée – Un jour viendra sans doute… (1954)”

  1. Mirabelle et le pommier

    Jusqu’à la clôture qui jouxte le pommier,
    Mirabelle est allée faire une promenade.
    C’est le lieu privilégié de ses escapades
    Quand elle se lasse des autres bovidés.

    Ils passent leur temps à se plaindre du vacher.
    Plutôt que de supporter leur humeur maussade,
    Elle préfère aller retrouver son camarade,
    L’arbre fruitier qui l’attend tout au fond du pré.

    Du soleil, du vent, de la pluie et de la neige,
    Ce prévenant être végétal la protège,
    L’automne il lui offre même une collation.

    Mais quelque chose compte bien plus que ces gestes,
    Le bovin pourrait très bien s’en passer, du reste,
    Il aime par dessus tout sa conversation.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

Les Exercices

poésie / traduction / critique \\ par Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School

Encres désancrées --- Carla Lucarelli

Carnets décousus, Ecriture, Lectures, humeurs, élucubrations, travaux en cours, Images aimées, prises ou empruntées

Bonheur des yeux et du palais

sur le fil des jours

Bareknuckle Poet

Journal of Letters

Vallejo & Co.

literatura y más

Revista Conexos

Una revista de arte y literatura, sin fronteras generacionales ni geográficas

Laurent DOMERGUE

Sculpture sur bois

Words for the Year

"you are not alone," the poem said, in the dark tunnel. ~Louise Glück

%d blogueurs aiment cette page :