Jim Harrison – Oiseaux (Birds, 2016)

Jim HarrisonLes oiseaux tournoient frénétiquement
dans l’orage qui vient de commencer, le
premier depuis des semaines. Ils prennent
leur pied. Je crois que je vais les rejoindre.

*

The birds are flying around frantically
in the thunderstorm that just began, the
first in weeks and weeks. They are enjoying
themselves. I think I’ll join them.

***

Jim Harrison (1937-2016)Dead Man’s Float (2016) – Traduit de l’américain par Stéphane Chabrières

Advertisements

~ par schabrieres sur avril 8, 2016.

3 Réponses to “Jim Harrison – Oiseaux (Birds, 2016)”

  1. J’ai découvert Jim Harrison à l’occasion de son décès…Sa mort ne me réjouis pas, mais m’apporte une très belle découverte néanmoins.
    ¸¸.•*¨*• ☆

    Aimé par 1 personne

  2. Jim Harrison, un grand poète, lui qui a dit :Nos esprits bruissent comme des abeilles et aussi : J’ai trop gâché le clair de lune.
    Un homme plein d’humanité.

    Aimé par 1 personne

  3. Un de mes écrivains préférés : j’ai une douzaine de romans et nouvelles et ce n’est pas fini. Il déplie la réalité en couches où passé-présent se rejoignent pour tisser un univers de tendresse pour une vision de l’homme respectueuse de la nature, des bêtes et de lui-même. Un grand grand homme, un ogre, un puissant dans l’énergie, dans la force pacifique, dans ses univers imaginaires grandioses. Bref, je ne m’en suis jamais lassée…

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
The Manchester Review

The Manchester Review

Les Exercices

poésie / traduction / critique \\ par Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School

Encres désancrées --- Carla Lucarelli

Carnets décousus, Ecriture, Lectures, humeurs

Bonheur des yeux et du palais

sur le fil des jours

Bareknuckle Poet

Journal of Letters

Vallejo & Co.

literatura y más

Revista Conexos

Una revista de arte y literatura, sin fronteras generacionales ni geográficas

Laurent DOMERGUE

Sculpture sur bois

Words for the Year

"you are not alone," the poem said, in the dark tunnel. ~Louise Glück

Christophe Van Rossom

Littérature. Pensée. Esthétique.

%d blogueurs aiment cette page :