Roberto Juarroz – Récupérer des figures du rêve… (1987)

Roberto JuarrozRécupérer des figures du rêve
Comme on gagne du terrain sur la mer
et fonder sur cette plage minimale
le tremblement d’un petit poème.

Puis rendre le rêve au rêve
et fermer le circuit,
car le rêve ne peut pas rester longtemps
hors du rêve.

Ainsi, presque sans l’avoir cherché,
il restera parmi les mots du poème
un peu du parfum du fond.

*

Recuperar figuras del suenõ
como quien gana terreno al mar
y fundar en esa minima playa
el temblor de un pequeño poema.

Devolver luego el sueño al sueño
y cerrar el circuito,
porque el sueño no puede estar mucho
afuera del sueño.

Asi, casi sin haberlo buscado,
quedará entre las palabras del poema
un poco del perfume del fondo.

***

Roberto Juarroz (1925-1995)Dixième poésie verticale (Décima poesía vertical, 1987) – Traduit par François-Michel Durazzo

Publicités

~ par schabrieres sur avril 21, 2016.

3 Réponses to “Roberto Juarroz – Récupérer des figures du rêve… (1987)”

  1. Texte magnifique

    J'aime

  2. Le certain parfum d’un poème.

    J'aime

  3. A lire ce superbe poème, on a presque l’impression de revoir des images de ses propres rêves ….

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

poésie : traduction : critique

L'atelier en ligne de Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School

Encres désancrées --- Carla Lucarelli

Carnets décousus, Ecriture, Lectures, humeurs, élucubrations, travaux en cours, Images aimées, prises, empruntées

Bonheur des yeux et du palais

sur le fil des jours

%d blogueurs aiment cette page :