Rainer Maria Rilke – Berceuse

Rainer Maria Rilke - Portrait  par Paula Modersohn-Becker (1906) Un jour, quand je te perdrai,
Pourras-tu dormir, sans
qu’au-dessus de toi
je bruisse
Comme couronne de tilleuls ?
Sans qu’ici je veille et dépose mots tout proches
comme paupières,
sur tes seins, sur tes membres, sur ta bouche.
Sans que je te referme à clé
et que je te laisse seule avec toi-même
comme jardin en profusion
de mélisses et d’anis étoilés.

***

Rainer Maria Rilke (1875-1926) – Traduit de l’allemand par Gil Pressnitzer

~ par schabrieres sur mai 3, 2016.

Une Réponse to “Rainer Maria Rilke – Berceuse”

  1. Ah! j’aime bruire comme une couronne de tilleuls ! ce devait être apaisant.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :