Paul Klee – Je suis Dieu (1901)

Paul KleeJe suis Dieu.

Tant de divin
s’est entassé en moi
que je ne peux mourir.

Mon crâne est en feu à éclater.

L’un des mondes
qu’il recèle
veut naître.

Mais il me faut maintenant souffrir
avant cet accomplissement.

*

Ich bin Gott.

So viel des Göttlichen
ist in mir gehäuft,
dass ich nicht sterben kann.

Mein Haupt glüht zum Springen.

Eine der Welten,
die er birgt,
will geboren sein.

Nun aber muss ich leiden
vor dem Vollbringen.

*

I am God.

So much of the divine
is heaped in me
that I cannot die.

My head burns to the point of bursting.

One of the worlds
hidden in it
wants to be born.

But now I must suffer
to bring it forth.

***

Paul Klee (1879-1940) – Traduit de l’allemand par Lionel Richard

Publicités

~ par schabrieres sur mai 7, 2016.

2 Réponses to “Paul Klee – Je suis Dieu (1901)”

  1. A wave swells in my heart… Rises… Reaches… Then falls… Cataracts from my eyes…

    J'aime

  2. avec la nouvelle méthode de langue Paul Klee, apprenez l’allemand en une éternité

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

poésie : traduction : critique

L'atelier en ligne de Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School

Encres désancrées --- Carla Lucarelli

Carnets décousus, Ecriture, Lectures, humeurs, élucubrations, travaux en cours, Images aimées, prises, empruntées

Bonheur des yeux et du palais

sur le fil des jours

Bareknuckle Poet

Journal of Letters

Vallejo & Co.

literatura y más

Revista Conexos

Una revista de arte y literatura, sin fronteras generacionales ni geográficas

%d blogueurs aiment cette page :