Raymond Farina – Si d’indifférence tu deviens plus léger que ton ombre… (1995)

Raymond FarinaSi d’indifférence
tu deviens
plus léger
que ton ombre

capable enfin
de suivre
ton coeur

tu comprendras mieux
mon silence

mes questions
qui n’espèrent plus
de réponse :

le vent
chercherait-il
quelque chose
ou quelqu’un ?

Les nuages sont-ils
réels ?
Les nuages reviendront-ils ?

Avez-vous
un destin
paysages ?

Ai-je pour vous
un sens ?

*

If out of indifference
you become lighter
than your shadow,

able, at last,
to follow
your heart,

you shall realize
my secrecy,

my questions
that hope no more
for an answer.

Would the wind
seek something
or someone ?

Are the clouds real ?
Shall the clouds
come back ?

Have you got
a destiny
o landscapes ?

Do you think
that I have
any significance ?

***

Raymond Farina (né en 1940)Ces liens si fragiles (1995) – Traduction de l’auteur

Publicités

~ par schabrieres sur mai 21, 2016.

2 Réponses to “Raymond Farina – Si d’indifférence tu deviens plus léger que ton ombre… (1995)”

  1. Sentir dans ma propre douleur
    la douleur de tous ceux qui
    souffrent et puiser mon courage
    dans la nécessité de
    vivre pour me battre
    pour eux.

    Frida KALHO

    J'aime

  2. Les luttes humanistes ont tout à voir avec l’oubli de soi. Si on assimile sa propre souffrance avec celles d’autrui, alors on ne pense qu’à soi et on est le plus souvent totalement inefficace.
    Autant l’indifférence tue, autant il faut être heureux pour agir sans penser à soi. Il ne s’agit pas non plus de confondre la libre expression poétique, le développement d’idées philosophiques sans concession, avec la personnalité privée. Le web se meurt de projections vides, religieuses ou autres. A côté de la plaque, à chaque fois que l’on prend la parole en lieu et place d’autrui.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

Les Exercices

poésie / traduction / critique \\ par Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School

Encres désancrées --- Carla Lucarelli

Carnets décousus, Ecriture, Lectures, humeurs, élucubrations, travaux en cours, Images aimées, prises ou empruntées

Bonheur des yeux et du palais

sur le fil des jours

Bareknuckle Poet

Journal of Letters

Vallejo & Co.

literatura y más

Revista Conexos

Una revista de arte y literatura, sin fronteras generacionales ni geográficas

Laurent DOMERGUE

Sculpture sur bois

Words for the Year

"you are not alone," the poem said, in the dark tunnel. ~Louise Glück

%d blogueurs aiment cette page :