Adeline Baldacchino – Désattendre

Adeline BaldacchinoSaisi de désir comme on le serait
de froid
quelque chose en nous, de désordonné
qui désempare
nous démembre de l’intérieur
on se tait, dans le noir
l’hiver est brûlant

La nuit est pleine
de fantômes désarticulés
je renonce enfin
au vertige du désir
l’âme anesthésiée
recule tout au fond
d’une armoire sans porte

Je veux la jubilation
mais je trouve ce qui reste
quand elle n’est pas
là quand elle se refuse
au partage indélicat
de l’aube et des rêves
seule, ce qui reste

On écrit comme on fulgure
en étincelles bordées de cris
frappant contre le ciel
qui n’a jamais répondu
creusant les formes de l’absence
répétant des mots vides
leurs discrètes brisures

Demain, sans répit
qui ne vient pas
le sang frappe
il n’y a pas de signe
le temps se démet
se détourne
du corps épuisé

Suffirait-il peut-être
de ne plus rien attendre
et c’est alors que surgirait
ce qui se cache
sous la peau féroce des heures :
leur gloire secrète
gorgée d’invisibles caresses.

***

Adeline Baldacchino (née en 1982 à Rillieux-la-Pape)

Advertisements

~ par schabrieres sur juin 11, 2016.

10 Réponses to “Adeline Baldacchino – Désattendre”

  1. Je viens de visionner des vidéos dans lesquels elle parle de ses livres de philosophie, une tête bien pleine et bien faite !

    J'aime

  2. Truc qui calme direct.

    J'aime

  3. Les derniers vers sont excellents. Malheureusement ce qui précède n’est pas à la hauteur : trop délayé, légèrement cafouilleux, logorrhéique même. Philosophie et poésie ce n’est pas la même chose.

    J'aime

  4. Un poème qui me parle beaucoup !
    ¸¸.•*¨*• ☆

    J'aime

  5. Un jour il faudra que les poètes suppriment le mot « absence » de leur vocabulaire, ça devient un tic plutôt creux et limite ridicule.

    J'aime

  6. Un talent en devenir, magnifique !

    J'aime

    • En devenir, à 34 ans? Plein de grands et sublimes poètes étaient déjà morts à cet âge (Corbière, Laforgue, Lermontov, Georg Trakl, Essénine, etc. etc…)

      J'aime

      • Et ces grands poètes n’avaient pas fait l’ENA !

        J'aime

      • Désolée, je ne voulais pas être désagréable ! Je ne connais pas cette auteure et j’ai simplement écrit ce que j’ai ressenti à la lecture, car le poèmei m’a semblé un peu inégal…le « en devenir » signifiait « peut mieux faire », c’est tout… Il y a des poètes précoces et d’autres, comme les fruits, plus tardifs, lâge ne veut rien dire… 😉

        J'aime

  7. Schabrières, est-ce une « tare » d’avoir fait l’ENA ? 😉 Je ne vois pas le rapport mais bon…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :