Shuntarô Tanikawa – La mort et le feu

Paul Klee - La mort et le feu (Tod und Feuer, 1940)Puisqu’il n’y a personne pour mourir à ma place
Il faut que je meure moi-même
Je deviendrai mes propres os
Pas ceux d’une autre
Hélas
Le courant d’une rivière
Le bavardage des gens
La toile d’une araignée
Mouillée de rosée matinale
De tout cela
Je ne pourrai rien emporter
Au moins ma chanson préférée
Ne l’entendront-elles pas
Mes oreilles d’os

***

Shuntarô Tanikawa (né en 1931 à Tokyo, Japon)L’album des dessins de Klee (1995) – Traduit par Oyama Yûko et Claude Richebourg

~ par schabrieres sur juin 12, 2016.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :