Roberto Juarroz – Tout commence ailleurs… (1993)

Pablo Picasso - Vase de fleurs et compotier (1943)Tout commence ailleurs.

Peu importe que certaines choses
soient encore ici
et même s’achèvent ici :
ici rien ne commence.

C’est pourquoi cette parole, ce silence,
cette table, ce vase, tes pas,
en rigueur jamais ne furent ici.

Tout est toujours ailleurs :
là où il commence.

*

Todo comienza en otra parte.

No importa que algunas cosas
todavía estén aquí
y hasta acaben aquí
aquí no empieza nada.

Por eso esta palabra, este silencio,
esta mesa, el florero, tus pasos,
en rigor no estuvieron nunca aquí.

Todo está siempre en otra parte :
allí donde comienza.

*

Everything begins somewhere else.

It doesn’t matter that some things
still remain here
and even end here:
here nothing begins.

Therefore this word, this silence,
this table, vase, your footsteps
were strictly speaking never here.

Everything is always somewhere else:
there where it begins.

***

Roberto Juarroz (1925-1995)Treizième poésie verticale (Decimotercera poesía vertical, 1993) – Traduit de l’espagnol (Argentine) par Roger Munier – Translated by Mary Crow

Publicités

~ par schabrieres sur juin 21, 2016.

Une Réponse to “Roberto Juarroz – Tout commence ailleurs… (1993)”

  1. Ce poème me fait penser à d’autres de Pizarnik. C’était sans savoir que Juarroz est aussi argentin. 😉

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

 
Reading in Translation

Translations reviewed by translators

Diabolus In Musica

Lossless Classical Resources

Ricardo Blanco's Blog

Citizen of Nowhere

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

%d blogueurs aiment cette page :