Roberto Juarroz – Tout commence ailleurs… (1993)

Pablo Picasso - Vase de fleurs et compotier (1943)Tout commence ailleurs.

Peu importe que certaines choses
soient encore ici
et même s’achèvent ici :
ici rien ne commence.

C’est pourquoi cette parole, ce silence,
cette table, ce vase, tes pas,
en rigueur jamais ne furent ici.

Tout est toujours ailleurs :
là où il commence.

*

Todo comienza en otra parte.

No importa que algunas cosas
todavía estén aquí
y hasta acaben aquí
aquí no empieza nada.

Por eso esta palabra, este silencio,
esta mesa, el florero, tus pasos,
en rigor no estuvieron nunca aquí.

Todo está siempre en otra parte :
allí donde comienza.

*

Everything begins somewhere else.

It doesn’t matter that some things
still remain here
and even end here:
here nothing begins.

Therefore this word, this silence,
this table, vase, your footsteps
were strictly speaking never here.

Everything is always somewhere else:
there where it begins.

***

Roberto Juarroz (1925-1995)Treizième poésie verticale (Decimotercera poesía vertical, 1993) – Traduit de l’espagnol (Argentine) par Roger Munier – Translated by Mary Crow

Publicités

~ par schabrieres sur juin 21, 2016.

Une Réponse to “Roberto Juarroz – Tout commence ailleurs… (1993)”

  1. Ce poème me fait penser à d’autres de Pizarnik. C’était sans savoir que Juarroz est aussi argentin. 😉

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

Les Exercices

poésie / traduction / critique \\ par Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School

Encres désancrées --- Carla Lucarelli

Carnets décousus, Ecriture, Lectures, humeurs, élucubrations, travaux en cours, Images aimées, prises ou empruntées

Bonheur des yeux et du palais

sur le fil des jours

Bareknuckle Poet

Journal of Letters

Vallejo & Co.

literatura y más

Revista Conexos

Una revista de arte y literatura, sin fronteras generacionales ni geográficas

Laurent DOMERGUE

Sculpture sur bois

Words for the Year

"you are not alone," the poem said, in the dark tunnel. ~Louise Glück

%d blogueurs aiment cette page :