Philippe Mathy – Seigneur (1995)

Georges Rouault - Seigneur, c'est vous, je vous reconnaisJe voudrais pouvoir
Me lever à toute heure
Quitter le grand sommeil
Qui m’habite

Répondre à l’appel mystérieux
Dont je charge ton nom
Afin que – peut-être –
Moins sombre soit cette croix
Qui creuse à l’infini
Le mur de ma maison

Je voudrais ouvrir les bras
Tenter de mourir d’autre chose
Que seulement de vivre

***

Philippe Mathy (poète belge né en 1956)Invisible passant (1995)

 

Publicités

~ par schabrieres sur juin 30, 2016.

5 Réponses to “Philippe Mathy – Seigneur (1995)”

  1. Très fort, ce poème qui peut être interprété de mille façons selon ce à quoi on croit.

    J'aime

  2. Poème mystérieux, où l’auteur ferait part de son désir d’abolir sa condition de mortel, même d’humain?

    J'aime

    • Je pense en le lisant à autre poème,

      Je vis, mais sans vivre en moi,
      Et mon espérance est telle
      Que je meure de ne pas mourir.

      Je vis déjà hors de moi,
      Depuis que je meure d’amour ;
      Car je vis dans le Seigneur
      qui m’a voulue pour Lui :
      Quand je lui ai donné mon cœur,
      Il y grava cette devise :
      Que je meure de ne pas mourir.

      Cette divine prison
      De l’amour par lequel je vis
      A fait Dieu mon captif
      Et rendu libre mon cœur.
      Mais voir mon Dieu prisonnier
      Cause en moi une telle passion
      Que je meure de ne pas mourir.

      Oh ! Qu’elle est amère cette vie
      Où l’on ne jouit pas du Seigneur
      Car si l’amour est suave
      La longue espérance ne l’est pas.
      Retirez-moi, Dieu ce fardeau
      Plus pesant que l’acier,
      Que je meure de ne pas mourir !

      C’est cette vie d’en haut
      Qui est la vie véritable,
      Mais jusqu’à la mort de cette vie,
      On ne peut la posséder.
      O mort, ne te dérobe plus.
      Que je meure tout d’abord et que je vive !
      Que je meurs de ne pas mourir.

      Sainte Thérèse d’Avila, Je meurs de ne pas mourir.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

Les Exercices

poésie / traduction / critique \\ par Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School

Encres désancrées --- Carla Lucarelli

Carnets décousus, Ecriture, Lectures, humeurs, élucubrations, travaux en cours, Images aimées, prises ou empruntées

Bonheur des yeux et du palais

sur le fil des jours

Bareknuckle Poet

Journal of Letters

Vallejo & Co.

literatura y más

Revista Conexos

Una revista de arte y literatura, sin fronteras generacionales ni geográficas

Laurent DOMERGUE

Sculpture sur bois

Words for the Year

"you are not alone," the poem said, in the dark tunnel. ~Louise Glück

%d blogueurs aiment cette page :