Roberto Juarroz – Des mots tombent des nuages… (1963)

Gerhard Richter - Nuage Wolke 1976Des mots tombent des nuages.
Tombent pour tomber,
non pour qu’on les recueille.
Ils tombent pour se refaire
dans la tension la plus tranquille.

Soudain,
Un de ces mots reste comme suspendu dans l’air.
Alors, je lui donne ma chute.

*

Caen palabras de las nubes.
Caen para caer,
no para que alguien las recoja.
Caen para recuperarse
en la tensión más quieta.

De pronto,
una de esas palabras queda como suspendida en el aire.
Entonces, yo le doy mi caída.

*

Words fall from the clouds.
They fall for the sake of falling,
not for anyone to pick them up.
They fall to recover strength
in the quietest tension.

Suddenly one of these words stops
as though suspended in the air.
Then I give it my own fall.

***

Roberto Juarroz (1925-1995) Deuxième poésie verticale (Segunda poesía vertical, 1963) – Traduit de l’espagnol par Roger Munier – Translated by W. S. Merwin

 

Publicités

~ par schabrieres sur juillet 3, 2016.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

 
Reading in Translation

Translations reviewed by translators

Diabolus In Musica

Lossless Classical Resources

Ricardo Blanco's Blog

Citizen of Nowhere

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

%d blogueurs aiment cette page :