Yves Bonnefoy – La beauté (1958)

Sarah Goodrich “Beauty Revealed: Self Portrait” (1828)Celle qui ruine l’être, la beauté,
Sera suppliciée, mise à la roue,
Déshonorée, dite coupable, faite sang
Et cri, et nuit, de toute joie dépossédée
– O déchirée sur toutes grilles d’avant l’aube,
O piétinée sur toute route et traversée,
Notre haut désespoir sera que tu vives,
Notre cœur que tu souffres, notre voix
De t’humilier parmi tes larmes, de te dire
La menteuse, la pourvoyeuse du ciel noir,
Notre désir pourtant étant ton corps infirme,
Notre pitié ce coeur menant à toute boue.

*

Beauty

She who ruins being, beauty
Shall be tortured, broke on the wheel,
Dishonoured, found guilty, made into blood
And cry, and night, of all joy dispossessed –
O you, torn apart on iron gates before the dawn,
O you, trampled on every road and pierced,
Our high despair shall be to see you live,
Our heart that you may suffer, and our voice
To humiliate you in your tears, to name you
Liar, procuress of the darkened sky,
Yet your crippled body is our object of desire,
Our pity this heart leading only to mire.

***

Yves Bonnefoy (1923-2016)Hier régnant désert (1958) – Translated by Anthony Rudolf

~ par schabrieres sur juillet 8, 2016.

12 Réponses to “Yves Bonnefoy – La beauté (1958)”

  1. Inutile de vous déplacer jusque chez moi pour servir vos causes extérieures à mes préoccupations humanistes. La beauté de ce monde n’est ni élitiste ni raciste.
    Avec mes adieux car je vais faire des bulles de savon. Et je prie Vincent de ne plus mettre le chaos dans nos chaos fraternels pour de vrai.
    Ceci dit sans rancune, simplement çà le fait pas comme on dit, question de coeur et d’ouverture d’esprit.

    J'aime

  2. Comme c’est jolie « Chaos fraternel » !

    J'aime

  3. Et oui, on ne flique pas les gens mille ans, leur distribuant bon point et coup de trique sans qu’ils mettent un terme à tout ce cirque. La poésie ne vous sert qu’à jouer à dieu récompensant qui se plie à votre façon de traiter les femmes et jusqu’à la poésie elle-même.
    Mais la poésie, c’est la liberté, la libre expression. Tout le contraire des petits dieux aux humeurs ridicules et aux vers imbéciles.

    J'aime

    • Une bonne fois pour toute Juliette, « L’art ne vient pas coucher dans les lits qu’on a faits pour lui ; il se sauve aussitôt qu’on prononce son nom : ce qu’il aime c’est l’incognito. Ses meilleurs moments sont quand il oublie comment il s’appelle. »

      Jean Dubuffet. 1960

      J'aime

      • Pfffff …..

        J'aime

      • Que des histoires de coucheries sur ton blog. Mais c’est sans doute de l’art …. entre deux sermons carrément malsains!
        Charité bien ordonnée commence par soi-même. Aussi s’agit-il de foutre la paix aux gens qui n’adhèrent pas à toute cette « poésie » religieuse moribonde.
        Adieu cher.

        J'aime

      • « Le danger, quand on parle de poésie, est d’édicter des lois, de dresser un cadastre, de tracer des frontières : la poésie s’en moque et renaît toujours précisément là où on a décrété qu’elle n’était pas. »

        Aragon

        J'aime

  4. Je ne vois nulle poésie dans la religion ou la moraline. Et puisqu’on en a parfaitement le droit, je suis en droit de trouver de la poésie chez les auteurs que j’aime. Et de la veulerie chez les autres. Voire même des arrangements, des connivences, de la mafia.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :