Yves Bonnefoy – La beauté (1958)

Sarah Goodrich “Beauty Revealed: Self Portrait” (1828)Celle qui ruine l’être, la beauté,
Sera suppliciée, mise à la roue,
Déshonorée, dite coupable, faite sang
Et cri, et nuit, de toute joie dépossédée
– O déchirée sur toutes grilles d’avant l’aube,
O piétinée sur toute route et traversée,
Notre haut désespoir sera que tu vives,
Notre cœur que tu souffres, notre voix
De t’humilier parmi tes larmes, de te dire
La menteuse, la pourvoyeuse du ciel noir,
Notre désir pourtant étant ton corps infirme,
Notre pitié ce coeur menant à toute boue.

*

Beauty

She who ruins being, beauty
Shall be tortured, broke on the wheel,
Dishonoured, found guilty, made into blood
And cry, and night, of all joy dispossessed –
O you, torn apart on iron gates before the dawn,
O you, trampled on every road and pierced,
Our high despair shall be to see you live,
Our heart that you may suffer, and our voice
To humiliate you in your tears, to name you
Liar, procuress of the darkened sky,
Yet your crippled body is our object of desire,
Our pity this heart leading only to mire.

***

Yves Bonnefoy (1923-2016)Hier régnant désert (1958)Yesterday’s Wilderness Kingdom (MPT Books, 2003) – Translated by Anthony Rudolf.

~ par schabrieres sur juillet 8, 2016.

12 Réponses to “Yves Bonnefoy – La beauté (1958)”

  1. Inutile de vous déplacer jusque chez moi pour servir vos causes extérieures à mes préoccupations humanistes. La beauté de ce monde n’est ni élitiste ni raciste.
    Avec mes adieux car je vais faire des bulles de savon. Et je prie Vincent de ne plus mettre le chaos dans nos chaos fraternels pour de vrai.
    Ceci dit sans rancune, simplement çà le fait pas comme on dit, question de coeur et d’ouverture d’esprit.

    J'aime

  2. Comme c’est jolie « Chaos fraternel » !

    J'aime

  3. Et oui, on ne flique pas les gens mille ans, leur distribuant bon point et coup de trique sans qu’ils mettent un terme à tout ce cirque. La poésie ne vous sert qu’à jouer à dieu récompensant qui se plie à votre façon de traiter les femmes et jusqu’à la poésie elle-même.
    Mais la poésie, c’est la liberté, la libre expression. Tout le contraire des petits dieux aux humeurs ridicules et aux vers imbéciles.

    J'aime

    • Une bonne fois pour toute Juliette, « L’art ne vient pas coucher dans les lits qu’on a faits pour lui ; il se sauve aussitôt qu’on prononce son nom : ce qu’il aime c’est l’incognito. Ses meilleurs moments sont quand il oublie comment il s’appelle. »

      Jean Dubuffet. 1960

      J'aime

      • Pfffff …..

        J'aime

      • Que des histoires de coucheries sur ton blog. Mais c’est sans doute de l’art …. entre deux sermons carrément malsains!
        Charité bien ordonnée commence par soi-même. Aussi s’agit-il de foutre la paix aux gens qui n’adhèrent pas à toute cette « poésie » religieuse moribonde.
        Adieu cher.

        J'aime

      • « Le danger, quand on parle de poésie, est d’édicter des lois, de dresser un cadastre, de tracer des frontières : la poésie s’en moque et renaît toujours précisément là où on a décrété qu’elle n’était pas. »

        Aragon

        J'aime

  4. Je ne vois nulle poésie dans la religion ou la moraline. Et puisqu’on en a parfaitement le droit, je suis en droit de trouver de la poésie chez les auteurs que j’aime. Et de la veulerie chez les autres. Voire même des arrangements, des connivences, de la mafia.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

 
PAGE PAYSAGE

Blog littéraire d'Etienne Ruhaud ISSN 2427-7193

anthonyhowelljournal

Site for art, poetry and performance.

azul griego

The blue and the dim and the dark cloths / Of night and light and the half light

Journal de Kafka

Edition critique par Laurent Margantin (2013-2023)

Au-dessus d'un million de toits roses, Sabine Aussenac

Pour dire le monde…par Sabine Aussenac, professeur agrégée d'allemand et écrivain.

Nichole Hastings Ceramics

The Truth Will Set You Free

En toutes lettres

Arts et culture

A nos heurs retrouvés

“Elle dit aussi que s'il n'y avait ni la mer ni l'amour personne n'écrirait des livres.” Marguerite Duras

Luis Ordóñez

Realizador y guionista

Waterblogged

Dry Thoughts on Damp Books

BIBLIOTECANA

Ana Maria Tomescu

Rhapsody in Books Weblog

Books, History, and Life in General

Romenu

Over literatuur, gedichten, kunst, muziek en cultuur

Acuarela de palabras

Compartiendo lecturas...

Perles d'Orphée

Quelques larmes perlent sur l'âme d'Orphée : Musique - Poésie - Peinture - Sculpture - Philosophie

renegade7x

Natalia's space

Cahiers Lautréamont

Association des Amis Passés Présents et Futurs d'Isidore Ducasse

366 Weird Movies

Celebrating the cinematically surreal, bizarre, cult, oddball, fantastique, strange, psychedelic, and the just plain WEIRD!

LE MONDE DE SOLÈNE

Un peu de douceur dans un monde de brutes

Fernando Calvo García

Poeta con pasión

The Tragedy of Revolution

Revolution as Hubris in Modern Tragedy

Le Trébuchet

Chroniques par C. M. R. Bosqué

Book Around the Corner

The Girl With the TBR Tattoo

lyrique.roumaine

poètes roumains des deux derniers siècles

Anthony Wilson

Lifesaving Poems

Messenger's Booker (and more)

Primarily translated fiction and Australian poetry, with a dash of experimental & challenging writing thrown in

Reading in Translation

Translations Reviewed by Translators

Ricardo Blanco's Blog

Citizen of Nowhere

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

L'Histoire par les femmes

L'Histoire par les femmes veut rappeler l’existence de ces nombreuses femmes qui ont fait basculer l’histoire de l’humanité, d’une manière ou d’une autre.

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Le blog des Lettres belges francophones

Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :