Jim Harrison – Pivoines (Peonies, 2009)

James Pitts - Peony Flowers and BudLes pivoines, accablées de beauté,
s’inclinent vers le sol. J’avais espéré
qu’elles vivraient toujours mais très lentement
de jour en jour elles deviennent le terreau de leur naissance
et dégagent une faible puanteur déliquescente.
En juin prochain elles se souviendront de renaître,
un petit truc que nous avons appris, ou pas.

*

The peonies, too heavy with their beauty,
slump to the ground. I had hoped
they would live forever but ever so slowly
day by day they´re becoming the soil of their birth
with a faint tang of deliquescence about them.
Next June they´ll somehow remember to come alive again,
a little trick we have or have not learned.

***

Jim Harrison (1937-2016)A la recherche des petits dieux (In Search of Small Gods, 2009) – Traduit de l’anglais (États-Unis) par Brice Matthieussent

Découvert ici: https://arbrealettres.wordpress.com/

Publicités

~ par schabrieres sur juillet 14, 2016.

Une Réponse to “Jim Harrison – Pivoines (Peonies, 2009)”

  1. […] Source: Jim Harrison – Pivoines (Peonies, 2009) | BEAUTY WILL SAVE THE WORLD […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

 
Reading in Translation

Translations reviewed by translators

Diabolus In Musica

Lossless Classical Resources

Ricardo Blanco's Blog

Citizen of Nowhere

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

%d blogueurs aiment cette page :