Jean-Claude Pirotte – Que s’entrechoquent dans l’esprit… (2011)

Jean-Claude Pirotteque s’entrechoquent dans l’esprit
les raisons de déraisonner
il reste la saveur des fruits
du passé l’humour des damnés

il faut apprendre à désapprendre
la vraie syntaxe est le temps comme il vient
se souvenir meubler l’attente
et s’inventer le jeu du rien

***

Jean-Claude Pirotte (Namur, Belgique 1939-2014)Cette âme perdue (2011)

Publicités

~ par schabrieres sur juillet 25, 2016.

2 Réponses to “Jean-Claude Pirotte – Que s’entrechoquent dans l’esprit… (2011)”

  1. Du grand Pirotte, du très grand même. Stéphane, je te sers dans mes bras et t’envoie ce poème dont je venais de finir le le second quatrain quand un bandeau sur mon écran d’ordinateur m’a annoncé une nouvelle parution sur ton blog. Le dernier vers, je le dois à toi et à Jean-Claude Pirotte, mes camarades.

    Comme elle vient

    Mes cheveux noir ébène sont devenus gris,
    Des rides profondes sillonnent mon visage,
    Sur mon apparence le temps fait des ravages,
    Mais quand est-il pour ce qui est de mon esprit ?

    J’ai le sentiment de ne rien avoir appris,
    Concernant ce que veut dire se comporter en sage.
    La sagesse m’était promise à sept ans d’âge,
    C’est peut-être à ce moment-là qu’elle a péri.

    C’était bon de jouer à longueur de journée,
    Puis de s’abandonner dans les bras de Morphée
    Sans avoir le moindre soucis du lendemain.

    Que revienne le temps béni de mon enfance,
    Indubitable était alors mon espérance,
    Qu’à nouveau je prenne la vie comme elle vient.

    Aimé par 1 personne

  2. Merci Vincent. A peine ai-je lu ce poème de Pirotte que j’ai eu envie aussitôt de le publier, tellement je l’ai trouvé superbe.
    Je trouve également ton poème magnifique, et j’aimerais le publier sur ce blog si tu en es d’accord. Mais je ne connais même pas ton nom en entier.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

 
La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

poésie : traduction : critique

L'atelier en ligne de Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

%d blogueurs aiment cette page :