Rainer Maria Rilke – Approche… (1926)

Bernard Lacombe, Portrait de Rainer Maria RilkeApproche, dernière chose que je reconnaisse,
mal incurable dans l’étoffe de peau ;
de même qu’en esprit j’ai brûlé, vois, je brûle
en toi ; le bois longtemps a refusé
de consentir aux flammes que tu couves,
à présent je te gave et brûle en toi.
Ma douceur de ce monde, quand tu fais rage,
devient rage infernale d’autre monde.
Naïvement pur d’avenir, je suis
monté sur le bûcher trouble de la douleur,
sûr de ne plus acheter d’avenir
pour ce coeur où la ressource était muette.
Suis-je encore, méconnaissable, ce qui brûle ?
Je n’y traînerai pas de souvenirs.
Ô vie, ô vie : être dehors.
Et moi en flammes. Nul qui me connaisse.

*

Komm du, du letzter, den ich anerkenne,
heilloser Schmerz im leiblichen Geweb:
wie ich im Geiste brannte, sieh, ich brenne
in dir; das Holz hat lange widerstrebt,
der Flamme, die du loderst, zuzustimmen,
nun aber nähr’ ich dich und brenn in dir.
Mein hiesig Mildsein wird in deinem Grimmen
ein Grimm der Hölle nicht von hier.
Ganz rein, ganz planlos frei von Zukunft stieg
ich auf des Leidens wirren Scheiterhaufen,
so sicher nirgend Künftiges zu kaufen
um dieses Herz, darin der Vorrat schwieg.
Bin ich es noch, der da unkenntlich brennt?
Erinnerungen reiß ich nicht herein.
O Leben, Leben: Draußensein.
Und ich in Lohe. Niemand der mich kennt.

*

Come thou, thou last one, whom I recognize,
unbearable pain throughout this body’s fabric:
as I in my spirit burned, see, I now burn in thee:
the wood that long resisted the advancing flames
which thou kept flaring, I now am nourishing
and burn in thee.
My gentle and mild being through thy ruthless fury
has turned into a raging hell that is not from here.
Quite pure, quite free of future planning, I mounted
the tangled funeral pyre built for my suffering,
so sure of nothing more to buy for future needs,
while in my heart the stored reserves kept silent.
Is it still I, who there past all recognition burn?
Memories I do not seize and bring inside.
O life! O living! O to be outside!
And I in flames. And no one here who knows me.

***

Rainer Maria Rilke (1875-1926) – Traduit de l’allemand par Philippe Jacottet – Translated by Albert Ernest Flemming

Ce poème est le dernier que Rilke a écrit dix jours avant sa mort.

~ par schabrieres sur août 1, 2016.

Une Réponse to “Rainer Maria Rilke – Approche… (1926)”

  1. Viens-t’en, toi la dernièr’ que je reconnais,
    peine incurable en ce tissu vivant :
    vois, je brûle en toi comm’ je brûlais
    en esprit ; le bois a refusé longtemps
    aux flammes que tu attises d’être soumis,
    mais là je te nourris et brûle en toi.
    Mon être-doux d’ici, ta rage en fit
    rage infernale, point d’ici-bas.
    Tout pur, tout vierge de futur dessein,
    au trouble bûcher de douleur je suis monté,
    si sûr de ne pouvoir nulle part acheter
    un futur pour ce cœur où la ressource s’éteint.
    Est-ce encor moi, qui là brûle inconnu?
    Point je ne traîne de souvenirs dans la mort.
    Ô vie, ô vie : être dehors.
    Et moi en feu. Que nul ne connaît plus.

    Come you, the last I acknowledge, you stern
    unholy ache in the body’s’ tissue:
    as in spirit I burned, see, I burn
    in you; for long the wood has refused to
    bow to the flames you fan, but now I’m meat
    on which you feed, and am in you burning.
    Your rage has made my eartlly being-sweet
    rage out of hell, unearthly thing.
    Quite pure, for the future quite free of plans,
    I climbed upon the puzzling pyre of pain,
    so sure nowhere to buy a future again
    for this old heart, whose hoard fell to silence.
    Are you still me, unknowable burning man?
    I am dragging no memories with me.
    O life, O life: outside to be!
    And I on fire. I, known by no one .

    Traductions personnelles

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

 
PAGE PAYSAGE

Blog littéraire d'Etienne Ruhaud ISSN 2427-7193

anthonyhowelljournal

Site for art, poetry and performance.

azul griego

The blue and the dim and the dark cloths / Of night and light and the half light

Au-dessus d'un million de toits roses, Sabine Aussenac

Pour dire le monde…par Sabine Aussenac, professeur agrégée d'allemand et écrivain.

Nichole Hastings Ceramics

The Truth Will Set You Free

En toutes lettres

Arts et culture

A nos heurs retrouvés

“Elle dit aussi que s'il n'y avait ni la mer ni l'amour personne n'écrirait des livres.” Marguerite Duras

Luis Ordóñez

Realizador y guionista

Waterblogged

Dry Thoughts on Damp Books

BIBLIOTECANA

Ana Maria Tomescu

Rhapsody in Books Weblog

Books, History, and Life in General

Romenu

Over literatuur, gedichten, kunst, muziek en cultuur

Acuarela de palabras

Compartiendo lecturas...

Perles d'Orphée

Quelques larmes perlent sur l'âme d'Orphée : Musique - Poésie - Peinture - Sculpture - Philosophie

renegade7x

Natalia's space

Cahiers Lautréamont

Association des Amis Passés Présents et Futurs d'Isidore Ducasse

366 Weird Movies

Celebrating the cinematically surreal, bizarre, cult, oddball, fantastique, strange, psychedelic, and the just plain WEIRD!

LE MONDE DE SOLÈNE

Un peu de douceur dans un monde de brutes

Fernando Calvo García

Poeta con pasión

The Tragedy of Revolution

Revolution as Hubris in Modern Tragedy

Le Trébuchet

Chroniques par C. M. R. Bosqué

Book Around the Corner

The Girl With the TBR Tattoo

lyrique.roumaine

poètes roumains des deux derniers siècles

Anthony Wilson

Lifesaving Poems

Messenger's Booker (and more)

Primarily translated fiction and Australian poetry, with a dash of experimental & challenging writing thrown in

Reading in Translation

Translations Reviewed by Translators

Ricardo Blanco's Blog

Citizen of Nowhere

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

L'Histoire par les femmes

L'Histoire par les femmes veut rappeler l’existence de ces nombreuses femmes qui ont fait basculer l’histoire de l’humanité, d’une manière ou d’une autre.

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Le blog des Lettres belges francophones

Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

L'atelier en ligne

de Pierre Vinclair

%d blogueurs aiment cette page :