Marie Uguay – Finitude de chaque île qui dérive… (1979)

Edward Hopper - Blackwell’s Island, 1928Finitude de chaque île qui dérive
au large occupé de l’avenir
dans les tristes inclinaisons du soir
quand les vents s’acharnent à toutes les portes

L’île saigne de trop d’exodes accumulés
de trop de jours répétés dans l’aveu des lassitudes

Lente retraite des paysages où la mémoire
est la seule attache aux rives décousues du temps

***

Marie Uguay (Montréal, Québec 1955-1981)L’outre-vie (1979)

~ par schabrieres sur août 3, 2016.

Une Réponse to “Marie Uguay – Finitude de chaque île qui dérive… (1979)”

  1. Lassitude attitude sous toutes les latitudes.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :