Sam Shepard – Lettre d’un tueur froid (Letter From A Cold Killer, 1973)

Sam ShepardPeut-être que tu m’aimerais plus si je ne gagnais pas ma vie en tuant
Forcé à renifler mon Lüger Blackhawk tous les soirs
À compter les balles comme d’autres comptent leur pécule
C’est vrai on déménage souvent c’est dur pour le gamin
Tu t’habitues à la Dodge et le lendemain elle n’est plus là
Au moins il voit du pays
Il aime les trains et changer de passeport
Un mensonge de temps à autre qu’est-ce que ça peut bien faire
Le sang sur la cravate
Il a déjà vu ça au cinéma
T’as qu’à lui dire que c’est du rouge à lèvres
L’oeil brûlé par la poudre
Dis-lui que les allumettes ont explosé
Ou mieux encore dis-lui que je suis un tueur froid
Qui s’escrime pour lui payer l’université
Et embrasse-lui la tête
Et borde-le dans son lit
Et note ce qu’il chuchote dans son sommeil bleu-ciel

*

Maybe you’d love me more if I didn’t kill for a living
Having to smell my Luger Blackhawk every night
Counting the bullets like my pay check
It’s true we move around a lot and it’s hard on the kid
You get used to the Dodge and the next day it’s gone
At least he gets to see the lay of the land
He loves the trains and the passport changes
What’s a lie now and then
The blood on the tie
He’s seen that in the movies
Pass it off for lipstick
The powder burned eye
Tell him the matches exploded
Or better yet tell him I’m a Cold Killer
Trying to pay his way through College
And give him a kiss on the head
And tuck him in his bed
And write down what he mumbles in his sky blue sleep

***

Sam Shepard (né en 1943 aux États-Unis)Lune faucon (Hawk Moon, 1973) – Traduit de l’américain par Pierre Joris

Publicités

~ par schabrieres sur août 11, 2016.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

Les Exercices

poésie / traduction / critique \\ par Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School

Encres désancrées --- Carla Lucarelli

Carnets décousus, Ecriture, Lectures, humeurs, élucubrations, travaux en cours, Images aimées, prises ou empruntées

Bonheur des yeux et du palais

sur le fil des jours

Bareknuckle Poet

Journal of Letters

Vallejo & Co.

literatura y más

Revista Conexos

Una revista de arte y literatura, sin fronteras generacionales ni geográficas

Laurent DOMERGUE

Sculpture sur bois

Words for the Year

"you are not alone," the poem said, in the dark tunnel. ~Louise Glück

%d blogueurs aiment cette page :