Jim Harrison – Berceuse pour une petite fille (Lullaby for a Daughter, 1968)

Dors. La nuit est une houillère
noyée d’eau noire –
la nuit est un nuage sombre
gorgé de pluie tiède.

Dors. La nuit est une fleur
lasse des abeilles –
la nuit est une mer verte
grosse de poissons.

Dors. La nuit est une lune blanche
montant sa jument –
la nuit est un soleil éclatant
noir et calciné.

Dors,
la nuit est là,
jour du chat,
jour de la chouette,
festin de l’étoile,
la lune règne sur
son doux sujet, obscure.

*

Go to sleep. Night is a coal pit
full of black water –
night’s a dark cloud
full of warm rain.

Go to sleep. Night is a flower
resting from bees –
night’s a green sea
swollen with fish.

Go to sleep. Night is a white moon
riding her mare –
night’s a bright sun
burned to black cinder.

Go to sleep,
night’s come,
cat’s day,
owl’s day,
star’s feast of praise,
moon to reign over
her sweet subject, dark.

***

Jim Harrison (1937-2016)Lieux (Locations, 1968) – Traduit de l’anglais (États-Unis) par Brice Matthieussent

Publicités

~ par schabrieres sur août 15, 2016.

Une Réponse to “Jim Harrison – Berceuse pour une petite fille (Lullaby for a Daughter, 1968)”

  1. Aimé par 2 personnes

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

 
Reading in Translation

Translations reviewed by translators

Diabolus In Musica

Lossless Classical Resources

Ricardo Blanco's Blog

Citizen of Nowhere

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

%d blogueurs aiment cette page :