Guy Goffette – Poussière d’oubli (2016)

Guy GoffetteCe que j’ai vu, je l’ai écrit
comme la pluie sur les vitres
et les larmes des roses, et tout
ce que j’ai oublié demeure

là, dans ce grand sac de voyelles
posé contre le pied de la table
où le temps passe entre ma vie
et moi sans blesser personne.

Quand plus rien ne chante au-dehors
je puise dans le sac et sème
sur la page un peu de poussière
d’oubli et le jour paraît comme

un musicien qui tend son chapeau.

***

Guy Goffette (né à Jamoigne, Belgique en 1947)Petits riens pour jours absolus (2016)

Publicités

~ par schabrieres sur août 23, 2016.

4 Réponses to “Guy Goffette – Poussière d’oubli (2016)”

  1. superbe

    Aimé par 1 personne

  2. Le poète récompensé

    Mille lieux sous terre, parfois je désespère
    Je ne sais pas pourquoi, c’est bien plus fort que moi
    J’ai cherché plusieurs fois à défier cette loi
    Docteurs, infirmières, à eux j’ai eu affaire

    J’ai même déménagé au bord de la mer
    On dit que l’air marin fait beaucoup de bien
    Ça n’a servit à rien, toujours chagrin revient
    J’essaie de le chasser en composant des vers

    Sonnet, tanka, haïku, je n’ai d’yeux que pour eux
    Pourtant les rimes, les pieds, c’est plutôt fastidieux
    Pour se sentir libre, s’imposer des contraintes!?

    Autre bizarrerie, paradoxe de plus…
    Le poète est ascète pour Cochonfusius
    En créant il éprouve de l’amour l’étreinte

    PS ; Le poète récompensé est aussi un tableau de Magritte qui s’accorde très bien avec cette poésie, est-ce le jour qui parait ou à l’inverse le soleil qui se couche ? En tous les cas le ciel et le buste de l’homme que l’on voit de dos y est rougeoyant, la couleur de l’amour.

    Aimé par 2 people

  3. Très beau texte.

    Aimé par 1 personne

  4. un grand merci à Stéphane pour tous ces poèmes qui sont ma nourriture depuis des mois jusque dans les Pyrénées où ces jours-ci je fais des courses en montagne. Les poètes ont du souffle. Marc Baron

    Envoyé depuis un mobile Samsung

    Aimé par 2 people

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

Les Exercices

poésie / traduction / critique \\ par Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School

Encres désancrées --- Carla Lucarelli

Carnets décousus, Ecriture, Lectures, humeurs, élucubrations, travaux en cours, Images aimées, prises ou empruntées

Bonheur des yeux et du palais

sur le fil des jours

Bareknuckle Poet

Journal of Letters

Vallejo & Co.

literatura y más

Revista Conexos

Una revista de arte y literatura, sin fronteras generacionales ni geográficas

Laurent DOMERGUE

Sculpture sur bois

Words for the Year

"you are not alone," the poem said, in the dark tunnel. ~Louise Glück

%d blogueurs aiment cette page :