Paul Valet – Le voyant (1983)

Paul ValetÊtre lucide
C’est perdre connaissance

Être libre
C’est perdre l’équilibre

Être vengeur
C’est terrasser la vengeance

Être intact
C’est traverser l’évidence

Être aux abois
C’est passer au-delà

Invincible est la détresse
De celui qui voit

***

Paul Valet (1905-1987)Que pourrais-je vous donner de plus grand que mon gouffre ? (1983)

~ par schabrieres sur septembre 1, 2016.

10 Réponses to “Paul Valet – Le voyant (1983)”

  1. Après avoir lu ça, qui osera dire qu’en tant que poète Paul valait rien ?

    Aimé par 1 personne

  2. Point du tout.

    J'aime

  3. Pour rester dans l’esprit « révolutionnaire » et tellement « fraternel » de Vincent: quand l’esprit se mord la queue et que tu t’évanouis dans l’inaction.

    J'aime

  4. Pour en revenir à notre sujet, il souffre très bien la comparaison avec Paul Valérie, certes ce dernier était plus joviale, la photo en témoigne mais la poésie les rassemble, mais la poésie les rassemble, un comme nous deux d’ailleurs.

    Révolutionnairement et Fraternellement

    J'aime

  5. Dur à encaisser cette fois mais ça va aller, je sais comment oublier ;

    Du matin au soir,
    Je compte sur mes dix doigts
    Les pieds de mes vers.

    Pendant ce temps j’oublie que
    Je ne compte plus pour elle.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :