Sandra Lillo – Parle-moi d’un endroit…

Sandra LilloParle-moi d’un endroit où l’on
n’entend pas

nos voix se donner au monde

où l’on ne baisse pas la tête

cette nuit avec une cigarette le bruit
de vagues

des feuillages

avant d’être obligé de dormir

quand le jour est aussi loin qu’un
autre pays

***

Sandra Lillo

Publicités

~ par schabrieres sur septembre 5, 2016.

2 Réponses to “Sandra Lillo – Parle-moi d’un endroit…”

  1. Bonjour, je lis régulièrement vos envoies poétiques. Vous serait-il possible de mettre à la fin le titre du recueil ainsi que l’éditeur. Et nous signaler aussi si le poème est un extrait en mettant ce signe (…) ou si il est complet.
    Je vous en remercie beaucoup par avance. Ces renseignements sont précieux. Bien à vous. mich

    J'aime

    • Bonsoir,
      En général, je mets toujours le titre du recueil dont un poème est extrait, ainsi que
      le date de sa parution, ainsi que le nom du traducteur. Si je ne le précise pas,
      c’est parce qu’il s’agit de poèmes pas encore publiés, qui se trouvent sur les blogs personnels ou les pages
      Facebook des auteurs concernés.
      Mais, vous avez raison, il serait utile que je précise à chaque fois
      le nom de l’éditeur, ce que je ne fais pas systématiquement. Je compte le faire à l’avenir,
      ne serait-ce que pour rendre hommage au travail formidable
      des petits éditeurs français ou étrangers.
      Enfin, si vous ne trouvez pas le signe (…), c’est pour la bonne raison que
      je tiens absolument à ce que les poèmes soient publiés
      dans leur intégralité, et respectés dans leur intégrité, en tant qu’oeuvres d’art à part entière,
      et non des bouts ou extraits de poèmes comme on en trouve trop souvent sur internet.
      En effet, quand on expose une oeuvre de Pablo Picasso, on n’en montre pas que la moitié.
      Je respecte trop le travail des poètes, et des artistes en général, en étant un moi-même, pour
      faire les choses à moitié. Je sais ce que cela leur demande d’abnégation pour
      en échange pas grand-chose, mépris, indifférence, et vaches maigres…
      si l’on ne fait pas partie des cercles autorisés et de l’intelligentsia germanopratine.
      J’essaierai dorénavant d’être à la hauteur de votre louable exigence.
      Cordialement. Stéphane Chabrières

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

 
Reading in Translation

Translations reviewed by translators

Diabolus In Musica

Lossless Classical Resources

Ricardo Blanco's Blog

Reflections on the mutable universe

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

%d blogueurs aiment cette page :