Lambert Schlechter – Dans le silence total du matin…

Lambert Schlechterdans le silence total du matin
après l’orage de la nuit soudain la démence
de la crisserie des cigales
c’est le plus archaïque des chants
cela nous ramène
à des centaines de millions d’années
c’était longtemps
avant notre moderne souci
de la vie et de la mort
souci de la bite et du vagin où aller
par amour ou désir ou désarroi
je dis ça pour frimer idiotesquement
je dis ça pour ravaler le trop d’émotion
feeling is a rotten word

*

in the complete silence of morning
after the night storm suddenly the dementia
of the cicadas screeching
it is the most archaic singing
it brings us back
hundreds of million years ago
it was a long time
before our modern worry
of life and death
worry of the dick and the vagina where to go
by love or desire or distress
I say this to show off foolishly
I say this to swallow the overflow of emotion
feeling is a rotten word

***

Lambert Schlechter (né en 1941 à Luxembourg) – Traduit en anglais par Stéphane Chabrières

Publicités

~ par schabrieres sur novembre 6, 2016.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

 
Reading in Translation

Translations reviewed by translators

Diabolus In Musica

Lossless Classical Resources

Ricardo Blanco's Blog

Reflections on the mutable universe

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

%d blogueurs aiment cette page :