Vladislav Khodassévitch – L’aveugle (Слепой, 1923)

Vladislav KhodassévitchSon bâton palpe la sente
Là où le hasard l’entraîne,
Prudemment l’aveugle avance,
Bredouillant avec lui-même.
Et la blancheur de ses yeux
Au monde tend un miroir :
Le pré, la vache, des pieux,
De grands lambeaux de ciel bleu –
Tout ce que lui ne peut voir.

*

Blind Man

With a cane he feels his way,
blind man on a random walk,
carefully he plants a foot
and mumbles something to himself.
In the whiteness of his eyes
a universe reflected back:
a house, a field, a fence, a cow,
patches of a pale blue sky –
everything that he can’t see.

*

Палкой щупая дорогу,
Бродит наугад слепой,
Осторожно ставит ногу
И бормочет сам с собой.
А на бельмах у слепого
Целый мир отображен:
Дом, лужок, забор, корова,
Клочья неба голубого –
Все, чего не видит он.

***

Vladislav Khodassévitch (Moscou, Russie 1886-1939) – Traduit du russe par Henri Abril – Translated from Russian by Peter Daniels

Publicités

~ par schabrieres sur novembre 9, 2016.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

 
Reading in Translation

Translations reviewed by translators

Diabolus In Musica

Lossless Classical Resources

Ricardo Blanco's Blog

Citizen of Nowhere

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

%d blogueurs aiment cette page :