Alejandra Pizarnik – Aucun jardin ne dure trente-sept ans (No hay jardín que dure treinta y siete años)

Photomontage de Valeria Cuska

Là-bas s’en fut Alejandra,
au jardin blanc
où la mort fait pousser des fleurs
sur les miroirs ;

et il n’y eut plus au monde
que le rêve impénétrable d’une enfant
qui tient dans sa main la poésie
comme une flamme criant
bois-moi.

*

Allá fue Alejandra,
al blanco jardín
donde la muerte cultiva flores
sobre los espejos;

y ya no hubo más mundo
que el sueño impenetrable de una niña
sosteniendo en su mano la poesía
como una llama que grita
bébeme.

***

Alejandra Pizarnik (Buenos Aires, Argentine 1936-1972) – Traduit de l’espagnol par Stéphane Chabrières

~ par schabrieres sur novembre 10, 2016.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :