Leonard Cohen – Prière pour le Messie (Prayer for Messiah, 1956)

Leonard Cohen - Photograph: Annie LiebovitzSon sang sur mon bras est chaud comme un oiseau
son coeur sur ma main est pesant comme du plomb
ses yeux par mes yeux brillent plus clair que l’amour
Ô donne le corbeau avant la colombe

Sa vie dans ma bouche est moins qu’un homme
sa mort sur ma poitrine est plus dure que la pierre
ses yeux par mes yeux brillent plus clair que l’amour
Ô donne le corbeau avant la colombe

Ô donne le corbeau avant la colombe
Ô chante dans tes chaînes enchaîné dans une caverne
tes yeux par mes yeux brillent plus clair que l’amour
ton sang dans mon chant fait s’écrouler la tombe

Ô chante dans tes chaînes enchaîné dans une caverne
tes yeux par mes yeux brillent plus clair que l’amour
ton coeur sur ma main est pesant comme du plomb
ton sang sur mon bras est chaud comme un oiseau

Ô brise parmi tes branches une verte branche d’amour
quand le corbeau sera mort pour la colombe

*

His blood on my arm is warm as a bird
his heart in my hand as heavy as lead
his eyes through my eyes shine brighter than love
O send out the raven ahead of the dove

His life in my mouth is less than a man
his death on my breast is harder than stone
his eyes through my eyes shine brighter than love
O send out the raven ahead of the dove

O send out the raven ahead of the dove
O sing from your chains where you’re chained in a cave
your eyes through my eyes shine brighter than love
your blood in my ballad collapses the grave

O break from your branches a green branch of love
after the raven has died for the dove

***

Leonard Cohen (Montréal, Canada 1934-2016)Comparons les mythologies (Let us compare Mythologies, 1956) – Traduit de l’anglais par Michel Garneau – Étrange musique étrangère (2000) Éditions de l’Hexagone

Enregistrer

Publicités

~ par schabrieres sur novembre 11, 2016.

2 Réponses to “Leonard Cohen – Prière pour le Messie (Prayer for Messiah, 1956)”

  1. Un magnifique poète, Heureusement il nous a laissé ses chansons, il n’est pas parti avec…

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

Les Exercices

poésie / traduction / critique \\ par Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School

Encres désancrées --- Carla Lucarelli

Carnets décousus, Ecriture, Lectures, humeurs, élucubrations, travaux en cours, Images aimées, prises ou empruntées

Bonheur des yeux et du palais

sur le fil des jours

Bareknuckle Poet

Journal of Letters

Vallejo & Co.

literatura y más

Revista Conexos

Una revista de arte y literatura, sin fronteras generacionales ni geográficas

Laurent DOMERGUE

Sculpture sur bois

Words for the Year

"you are not alone," the poem said, in the dark tunnel. ~Louise Glück

%d blogueurs aiment cette page :