Henri Abril – Il arrive que le poème pense le poète… (2016)

Henri AbrilIl arrive
que le poème pense le poète
et l’enfante
et l’entraîne dans l’arrière-cour
du destin,
vers une basse fosse, un ravin
du côté de Tiflis
de Kostroma ou de Kazan

Et l’air se fane,
un papillon va s’éteindre
en pleine lumière,
et qu’importe alors
que le sang des vers fasse
sens,
toujours aussi gluant
que la première
et prophétique aurore

***

Henri Abril (né à Mataró, Espagne, en 1947)Byzance, le sexe de l’utopie (2016) – Editions Stellamaris

~ par schabrieres sur novembre 12, 2016.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :