Antonia Pozzi – Cri (Grido)

Antonia PozziNe pas avoir de Dieu
ne pas avoir de tombe
ne rien avoir de fixe
mais que des choses vives qui échappent
être sans passé
être sans futur
et s’aveugler dans le néant –
à l’aide –
pour la misère
qui n’a pas de fin –

*

Non avere un Dio
non avere una tomba
non avere nulla di fermo
ma solo cose vive che sfuggono –
essere senza ieri
essere senza domani
ed acciecarsi nel nulla –
– aiuto –
per la miseria
che non ha fine –

*

Crying for help

No God
nor tomb
nor anything stable
only life vanishing
no yesterday
nor tomorrow
blinded by nothingness
– help –
such is misery
without end –

10 février 1932

***

Antonia Pozzi (Milan, Italie 1912–1938)Mots (Parole, 1939) Peter Lang Editeur (2010) – Traduit de l’italien par Ettore Labbate –  – Translated by A. Iacovoni

Antonia Pozzi, manoscritto di Grido

Publicités

~ par schabrieres sur novembre 14, 2016.

4 Réponses to “Antonia Pozzi – Cri (Grido)”

  1. […] via Antonia Pozzi – Cri (Grido) — BEAUTY WILL SAVE THE WORLD […]

    J'aime

  2. Je vois qu’elle est morte bien jeune. Ceci est d’ailleurs un désespoir très complet, un désespoir de jeunesse (pour moi du moins)…

    Aimé par 2 personnes

  3. merci pour ces mots

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

 
Reading in Translation

Translations reviewed by translators

Diabolus In Musica

Lossless Classical Resources

Ricardo Blanco's Blog

Citizen of Nowhere

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

%d blogueurs aiment cette page :