Jaan Kaplinski – Tout a été écrit, tout a été chanté… (1998)

Jaan KaplinskiTout a été écrit, tout a été chanté.
Et ce que l’on écrit ou chante encore
compte de moins en moins, s’entend plus faiblement
à travers le vent marin dans les pommiers et à travers
le pépiement affamé des petits étourneaux dans les nichoirs,
au-dessus de la tête des poètes. Plus tu vis,
parles et écris, plus il te devient clair
que tu es sur une île, ancienne et usée,
sous laquelle s’en trouve une autre,
plus proche du feu, plus proche du vrai peut-être,
mais plus loin de ces mots que nous échangeons
et jetons ici au vent de la Baltique.

*

Kõigest on kirjutatud, kõigest on lauldud.
Ja see, mis veel kirjutatakse-lauldakse,
loeb ikka vähem, kostab ikka nõrgemalt
läbi meretuule õunapuudes ja kuldnoka-
poegade näljase sädina pesakastides
luuletajate peade kohal. Mida kauem
elad, räägid ja kirjutad, seda selgemaks saab,
et elad saarel, mis on vana ja kulunud
ja selle saare all on teine saar,
lähemal tulele, lähemal ehk tõelegi,
kuid kaugemal sõnadest, mida meie siin
ütleme üksteisele ja Läänemere tuulde.

*

All has been written about, all has been sung about.
And what will still be written and sung about
means less and less, sounds ever weaker
through sea winds in apple trees and the hungry
chirping of starling babies in the nest boxes
above the heads of poets. The more you
live, speak and write, the clearer it becomes
that you live on an island that is old and outworn
and that beneath that island there is another,
closer to fire, maybe also closer to truth,
but more distant from words that we here
tell each other and the wind of the Baltic Sea.

***

Jaan Kaplinski (né en 1941 à Tartu, Estonie)Oiseaux de nuit – pensées de nuit (Öölinnud – öömõtted, 1998) Inédit en France – Traduit de l’estonien par Antoine Chalvin – Translation: Jüri Talvet and H. L. Hix

Publicités

~ par schabrieres sur novembre 23, 2016.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

poésie : traduction : critique

L'atelier en ligne de Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School

Encres désancrées --- Carla Lucarelli

Carnets décousus, Ecriture, Lectures, humeurs, élucubrations, travaux en cours, Images aimées, prises, empruntées

Bonheur des yeux et du palais

sur le fil des jours

Bareknuckle Poet

Journal of Letters

Vallejo & Co.

literatura y más

%d blogueurs aiment cette page :