Ossip Mandelstam – Comme une joie unique… (1910)

Ossip MandelstamComme une joie unique
tu es dorénavant donné au coeur —
Inlassablement, tombe,
fontaine mystérieuse.

En hautes gerbes
Elance-toi et retombe —
Et de toutes tes voix
Soudain, d’un coup, tais-toi.

Mais habille-moi toute l’âme
Par la chasuble d’une pensée grave,
Comme du mélèze humide
L’abri frissonnant.

*

Единственной отрадой
Отныне сердцу дан —
Неутомимо падай,
Таинственный фонтан.

Высокими снопами
Взлетай и упадай
И всеми голосами
Вдруг — сразу умолкай.

Но ризой думы важной
Всю душу мне одень,
Как лиственницы влажно-
Трепещущая сень.

*

A sole delight
for the heart, from this time on
– mysterious fountain,
fall, and fall, and go on

Fly up like tall sheaves,
blow up, drop down
and let all your voices
stop — suddenly — at once.

But dress my whole soul
in a cloak of grand thought,
flickering like the damp
larch-tree’s canopy.

***

Ossip Mandelstam (1891-1938) – Traduit du russe par André MarkowiczThe Complete Poetry of Osip Emilevich Mandelstam », translated by Burton Raffel and Alla Burago. State University of New York Press (USA), 1973.

Publicités

~ par schabrieres sur décembre 8, 2016.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
The Manchester Review

The Manchester Review

Les Exercices

poésie / traduction / critique \\ par Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School

Encres désancrées --- Carla Lucarelli

Carnets décousus, Ecriture, Lectures, humeurs

Bonheur des yeux et du palais

sur le fil des jours

Bareknuckle Poet

Journal of Letters

Vallejo & Co.

literatura y más

Revista Conexos

Una revista de arte y literatura, sin fronteras generacionales ni geográficas

Laurent DOMERGUE

Sculpture sur bois

Words for the Year

"you are not alone," the poem said, in the dark tunnel. ~Louise Glück

Christophe Van Rossom

Littérature. Pensée. Esthétique.

%d blogueurs aiment cette page :