Joseph Brodsky – Je vous aimais…

Joseph Brodsky - Photograph by Bengt JangfeldtJe vous aimais. L’amour encore — est-il possible
qu’il ne soit que douleur ? — taraude mon cerveau.
Tout est allé au diable et en mille morceaux !
J’ai voulu me flinguer. C’est un acte pénible

avec une arme, et puis les tempes sont deux cibles.
Sur laquelle tirer ? Je ne tremblais pas trop.
Je fus songeur. Tant pis. Tout n’est pas comme il faut !
Je vous aimais d’amour sans espoir, invincible…

Dieu vous en donne un autre — il n’en donnera pas !
Lui qui est si savant sur les choses futures
jamais deux fois – dit Parménide – il ne fera

que ce feu dans le sang, craquement d’ossature
tel que fondent de soif dans la gueule les plombs,
effleure votre tête – et je biffe « tétons ».

*

I loved you. And my love of you (it seems
it’s only pain) still stabs me through the brain.
The whole thing’s shattered into smithereens.
I tried to shoot myself — using a gun
is not so simple. And the temples: which one,
the right or left? Reflection, not the twitching,
kept me from acting. Jesus, what a mess!
I loved you with such strength, such hopelessness!
May God send you in others — not a chance!
He, capable of many things at once,
won’t — citing Parmenides — reinspire
the bloodstream fire, the bone-crushing creeps,
which melt the lead in fillings with desire
to touch — « your hips, » I must delete — your lips.

***

Joseph Brodsky (Léningrad 1940-New York 1996)Vingt sonnets à Marie Stuart – Editions Les Doigts Dans La Prose (2014) – Traductions de Claude Ernoult, Peter France et Joseph Brodsky.

Publicités

~ par schabrieres sur décembre 20, 2016.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

poésie : traduction : critique

L'atelier en ligne de Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School

Encres désancrées --- Carla Lucarelli

Carnets décousus, Ecriture, Lectures, humeurs, élucubrations, travaux en cours, Images aimées, prises, empruntées

Bonheur des yeux et du palais

sur le fil des jours

Bareknuckle Poet

Journal of Letters

Vallejo & Co.

literatura y más

Revista Conexos

Una revista de arte y literatura, sin fronteras generacionales ni geográficas

%d blogueurs aiment cette page :