Joseph Brodsky – Je vous aimais…

Joseph Brodsky - Photograph by Bengt JangfeldtJe vous aimais. L’amour encore — est-il possible
qu’il ne soit que douleur ? — taraude mon cerveau.
Tout est allé au diable et en mille morceaux !
J’ai voulu me flinguer. C’est un acte pénible

avec une arme, et puis les tempes sont deux cibles.
Sur laquelle tirer ? Je ne tremblais pas trop.
Je fus songeur. Tant pis. Tout n’est pas comme il faut !
Je vous aimais d’amour sans espoir, invincible…

Dieu vous en donne un autre — il n’en donnera pas !
Lui qui est si savant sur les choses futures
jamais deux fois – dit Parménide – il ne fera

que ce feu dans le sang, craquement d’ossature
tel que fondent de soif dans la gueule les plombs,
effleure votre tête – et je biffe « tétons ».

*

I loved you. And my love of you (it seems
it’s only pain) still stabs me through the brain.
The whole thing’s shattered into smithereens.
I tried to shoot myself — using a gun
is not so simple. And the temples: which one,
the right or left? Reflection, not the twitching,
kept me from acting. Jesus, what a mess!
I loved you with such strength, such hopelessness!
May God send you in others — not a chance!
He, capable of many things at once,
won’t — citing Parmenides — reinspire
the bloodstream fire, the bone-crushing creeps,
which melt the lead in fillings with desire
to touch — « your hips, » I must delete — your lips.

***

Joseph Brodsky (Léningrad 1940-New York 1996)Vingt sonnets à Marie Stuart – Editions Les Doigts Dans La Prose (2014) – Traductions de Claude Ernoult, Peter France et Joseph Brodsky.

Advertisements

~ par schabrieres sur décembre 20, 2016.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
The Manchester Review

The Manchester Review

Les Exercices

poésie / traduction / critique \\ par Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School

Encres désancrées --- Carla Lucarelli

Carnets décousus, Ecriture, Lectures, humeurs

Bonheur des yeux et du palais

sur le fil des jours

Bareknuckle Poet

Journal of Letters

Vallejo & Co.

literatura y más

Revista Conexos

Una revista de arte y literatura, sin fronteras generacionales ni geográficas

Laurent DOMERGUE

Sculpture sur bois

Words for the Year

"you are not alone," the poem said, in the dark tunnel. ~Louise Glück

Christophe Van Rossom

Littérature. Pensée. Esthétique.

Filipe's Glance

Photography

%d blogueurs aiment cette page :