Charles Simic – 1938

Charles SimicLes gens s’inquiétaient de la fin du monde.
Un poisson que l’on croyait disparu depuis soixante-dix millions d’années
Fut remonté dans un filet de pêche au large des côtes de l’Afrique du Sud.
J’étais couché dans mon berceau, les jours devenant plus courts et plus froids,
Et pour la première fois la neige tomba abondamment cette nuit-là.
Faisant régner le silence dans ma chambre.
J’ai cru m’entendre pleurer très, très longtemps.

*

People worried the world was about to end.
A fish believed to have been extinct for seventy million years
Came up in a fishing net off the coast of South Africa.
I lay in my crib as the days got shorter and colder,
And the first heavy snow fell in the night.
Making everything very quiet in my room.
I believe I heard myself cry for a long, long time.

***

Charles Simic (poète américain, né à Belgrade, ex-Yougoslavie le 9 mai 1938)Extrait du poème « Nineteen-Thirty-Eight » tiré du recueil « Master of Disguises » publié en 2010 aux éditions Houghton Mifflin Harcourt – Traduit de l’américain par Stéphane Chabrières

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicités

~ par schabrieres sur décembre 27, 2016.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

 
Reading in Translation

Translations reviewed by translators

Diabolus In Musica

Lossless Classical Resources

Ricardo Blanco's Blog

Reflections on the mutable universe

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

%d blogueurs aiment cette page :