Charles Bukowski – La fin (Finish, 1969)

With Georgia Peckham-Krellner, Cupcakes’ best friend, in Bukowski’s kitchen at Carlton Way. (Joan Levine Gannij)nous sommes comme des roses qui ne se sont jamais souciées
d’éclore quand nous aurions dû éclore et
c’est comme si
le soleil avait fini par être écoeuré
d’attendre
c’est comme si le soleil était un esprit qui
avait désespéré de nous.

*

we are like roses that have never bothered to
bloom when we should have bloomed and
it is as if
the sun has become disgusted with
waiting
it is as if the sun were a mind that has
given up on us.

***

Charles Bukowski (1920-1994)Extrait du poème « Finish » – Les jours s’en vont comme des chevaux sauvages dans les collines (Points, 2011)Traduit de l’américain par Thierry Beauchamp – The Days Run Away Like Wild Horses Over The Hills (Black Sparrow Press, Los Angeles, 1969) – Written circa 1965

Enregistrer

Enregistrer

Publicités

~ par schabrieres sur janvier 11, 2017.

2 Réponses to “Charles Bukowski – La fin (Finish, 1969)”

  1. Superbe, merci ! Cela me donne envie de me replonger dans ses recueils…et d’en découvrir de nouveaux !

    Aimé par 1 personne

  2. […] Source: Charles Bukowski – La fin (Finish, 1969) | BEAUTY WILL SAVE THE WORLD […]

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

 
Reading in Translation

Translations reviewed by translators

Diabolus In Musica

Lossless Classical Resources

Ricardo Blanco's Blog

Reflections on the mutable universe

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

%d blogueurs aiment cette page :