Agota Kristof – Aucune raison de changer de trottoir (Nincs miért járdát cserélni)

Agota Kristof by Sophie Bassouls

Dans le crépuscule perdant son équilibre
un oiseau libre s’envole de travers
sur la terre il n’y a que des semailles
silence indicible
et insupportable
attente

Hier tout était plus beau
la musique dans les arbres
le vent dans mes cheveux
et dans tes mains tendues
le soleil

Maintenant il neige sur mes paupières
mon corps
est lourd comme le rocher
mais aucune raison de changer de trottoir
et aucune raison de
s’en aller dans les montagnes

*

Az egyensúlyát vesztett alkonyatban
ferdén felrepül egy szabad madár
a földön csak vetés van
kimondhatatlan csönd
és elviselhetetlen
várakozás

Tegnap szebb volt minden az ének
a fák lombjaiban
hajamban a szél
kinyújtott kezedben
a nap

Most szemhéjaimra hull a hó
testem
súlyos akár a szikla
és nincs miért járdát cserélni
és nincs miért
kimenni a hegyekre

***

Agota Kristof (Csikvánd, Hongrie 1935-2011)Clous, Szögek (Editions Zoé, 2016) – Traduit du hongrois par Maria Maïlat

Publicités

~ par schabrieres sur janvier 16, 2017.

5 Réponses to “Agota Kristof – Aucune raison de changer de trottoir (Nincs miért járdát cserélni)”

  1. Wow, c’est superbe. Et cathartique. Et courageux.
    « aucune raison de changer de trottoir » où la résilience sage

    Aimé par 1 personne

  2. Merci pour cette publication du poème et de ma traduction. maria Mailat

    Aimé par 1 personne

  3. Belle découverte pour moi ! Merci 🙂

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
Manolis

Greek Canadian Author

Littérature portes ouvertes

Littérature contemporaine, poésie française, recherche littéraire...

The Manchester Review

The Manchester Review

poésie : traduction : critique

L'atelier en ligne de Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School

Encres désancrées --- Carla Lucarelli

Carnets décousus, Ecriture, Lectures, humeurs, élucubrations, travaux en cours, Images aimées, prises, empruntées

Bonheur des yeux et du palais

sur le fil des jours

Bareknuckle Poet

Journal of Letters

Vallejo & Co.

literatura y más

%d blogueurs aiment cette page :