W.S. Graham – L’éclat tombant (As Brilliance Fell)

William Sydney Graham by Michael Seward Snow - Late 1950sL’éclat tombant je me ceignis de voix.

Mais toujours tous les mots s’épuisent du coeur au dehors
Et moi entravé à ce choix furieux
J’en vins à m’entendre tel un cri opposé.

La nuit signant je fis du faire ma demeure.

Cependant toujours tous les mots s’épuisent et se changent en
Ruines formelles moindres que cette voix
Si serrée en prison dans mon arbre mortel.

En nuit dernière je péris dans les mots.

Et toujours tous les mots font mauvais dessein à la langue
Qui de son pauvre mieux doit chanter la bête qu’elle veille.
Son sang chantant le roi qu’encageait le poème

Me chanta plus que moi-même et fit devant ma maison
Passer celle entière et descendante de la nuit.

*

As brilliance fell I girded me with voice.

But always all words waste from inward out
And I who was fastened to that furious choice
Turned out to hear myself as a contrary shout.

As the night signed I made making my house.

Yet always all words waste and alter into
A formal ruin lesser than that voice
So clenched in prison in my mortal tree.

At final night I perished into words.

And always all words ill-devise the tongue
That at poor best must sing the beast it guards.
As his blood sang the poem-imprisoned king

Sang me more than myself and made the whole
Descended house of night my house excel.

***

W.S. Graham (Greenock, Ecosse 1918–1986)Les Dialogues obscurs /The Dark Dialogues, Poèmes choisis (Black Herald Press, 2013) – Traduit de l’anglais par Anne-Sylvie Homassel et Blandine Longre

Publicités

~ par schabrieres sur janvier 19, 2017.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
The Manchester Review

The Manchester Review

Les Exercices

poésie / traduction / critique \\ par Pierre Vinclair

fragm

secousse sismique travaillant l’épaisseur d’une lentille de cristal, cette fin du monde de poche s’exprimait tout entière dans la syllabe fragm, identique de “diaphragme” à “fragment”, comme une paillette pierreuse qu’on retrouve pareille à elle-même dans des roches de structures diverses mais dont les éléments principaux, de l’une à l’autre, demeurent constants (Michel Leiris)

Outlaw Poetry

Even when Death inhabits a poem, he does not own it. He is a squatter. In fact, Death owns nothing. - Todd Moore

Locus Solus: The New York School of Poets

News, links, resources, and commentary on poets and artists of the New York School

Encres désancrées --- Carla Lucarelli

Carnets décousus, Ecriture, Lectures, humeurs

Bonheur des yeux et du palais

sur le fil des jours

Bareknuckle Poet

Journal of Letters

Vallejo & Co.

literatura y más

Revista Conexos

Una revista de arte y literatura, sin fronteras generacionales ni geográficas

Laurent DOMERGUE

Sculpture sur bois

Words for the Year

"you are not alone," the poem said, in the dark tunnel. ~Louise Glück

Christophe Van Rossom

Littérature. Pensée. Esthétique.

%d blogueurs aiment cette page :