Leopoldo María Panero – Je me fête et me hais (Me celebro y me odio, 1998)

Leopoldo María PaneroJe me fête et me hais moi-même
je palpe le mur où il faudra graver mon absence
tandis que le poème s’écrit contre moi,
contre mon nom
contre une malédiction du temps.

Je crache ces vers dans le refuge de Dieu
où rien n’existe
sinon le poème contre moi.

*

Me celebro y me odio a mí mismo
palpo el muro en que habrá de grabarse mi ausencia
mientras el poema se escribe contra mí,
contra mi nombre
como una maldición del tiempo.

Escupo estos versos en la guarida de Dios
donde nada existe
sino el poema contra mí.

***

Leopoldo María Panero (Madrid, Espagne 1948-2014) – Guarida de un animal que no existe (Visor Libros, 1998) – Territoire de la peur (Editions L’Oreille du Loup, 2011) – Traduit de l’espagnol par Stéphane Chaumet

Enregistrer

Enregistrer

Publicités

~ par schabrieres sur janvier 22, 2017.

2 Réponses to “Leopoldo María Panero – Je me fête et me hais (Me celebro y me odio, 1998)”

  1. Oh un petit moment que je n’étais pas passé chez mon collègue Passeur 😉 😉 😉
    Belle et Joyeuse Année et bien-sûr toute en Poésie!
    Merci pour toutes ces perles et pépites que tu nous fait découvrir 🙂
    Tu peux bien-sûr si le coeur t’en dit allez picorer tout ce que tu voudras dans l’Arbrealettres
    Amicalement
    Christian
    Ch Passeur de Mots
    🙂
    Blog de Poésie: http://arbrealettres.wordpress.com
    Index: http://pagesperso-orange.fr/coolcookie/poesie/index.html
    Blog de Photos: http://arbreaphotos.wordpress.com/

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

 
Reading in Translation

Translations reviewed by translators

Diabolus In Musica

Lossless Classical Resources

Ricardo Blanco's Blog

Citizen of Nowhere

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

%d blogueurs aiment cette page :