Kenji Miyazawa – Avec une fleur noire appelée Sakinohaka

Kenji MiyazawaChassez-les ! Chassez-les tous !
Ceux qui déchaînent le chaos juste pour assouvir leur soif d’alcool,
Ceux qui se livrent à tous les excès pour satisfaire leurs propres désirs,
Mais qui professent que la vie n’est qu’un désert,
Ceux qui ne peuvent vivre sans se comparer aux autres,
Jetez-les à terre, écrasez-les tous
Exorcisez les démons lâches et peureux qu’ils cachent en eux
Et donnez-les en pâture aux poissons et aux cochons.
Tout comme on forge l’acier, une génération nouvelle forge des hommes nouveaux.
Brisez les arêtes des pays montagneux couleur de nuit
Et faites de la voie lactée votre centrale électrique.

***

Kenji Miyazawa (Hanamaki, Japon 1896-1933)

Enregistrer

Publicités

~ par schabrieres sur janvier 30, 2017.

5 Réponses to “Kenji Miyazawa – Avec une fleur noire appelée Sakinohaka”

  1. Un écolo avant l’heure.

    Aimé par 1 personne

  2. Mais la voie lactée, c’est du thermonucléaire.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

 
Reading in Translation

Translations reviewed by translators

Diabolus In Musica

Lossless Classical Resources

Ricardo Blanco's Blog

Reflections on the mutable universe

Digo.palabra.txt

Literatura para generaciones pixeladas

AFROpoésie

Le site des poésies africaines

La Labyrinthèque

Histoire de l'art jouissive & enchantements littéraires

Je pleure sans raison que je pourrais vous dire

« Je pleure sans raison que je pourrais vous dire, c'est comme une peine qui me traverse, il faut bien que quelqu'un pleure, c'est comme si c'était moi. » M. D.

verseando

algunos poemas y otros textos

Traversées, revue littéraire

Poésies, études, nouvelles, chroniques

Le Carnet et les Instants

Revue des Lettres belges francophones

Borntobeanomad

The world is your home.

%d blogueurs aiment cette page :